Emblèmes, le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 9 avril 2021

Histoire des timbres: 1949 : La Philatéle Thématique

1949: Le chanoine alsacien Lucien Braun (né le 1er mars 1886) publie en allemand à Strasbourg Konstruktive Philatelie - Ein Beitrag zur philatelistischen Volkserziehung (en français : La Philatélie constructive).

Suite au constat de la difficulté de la collection générale par pays, dû au nombre grandissant de pays et de timbres émis, un nouveau mode de recherche et de classement des timbres apparu s’intéressant au sujet des illustrations portées par les timbres, tels que les sujets religieux, sportifs, ou animaliers, etc...

1949: Création de l'American Topical Association (ATA).
ata.jpg

1953: L’Association Française de Philatélie Constructive est créée en France.

1961: l’AFPC devient l'Association française de philatélie thématique (AFPT).

En conséquence du développement de la philatélie thématique, les administrations postales adaptent leurs programmes philatéliques annuels pour y inclure des thèmes traditionnels (faune, flore, histoire, scoutisme, sport, aviation postale...), susceptibles de leur attirer la clientèle des collectionneurs thématiques.

Certains pays, souvent pour élargir leurs sources de devises, émettent plus de timbres que ne nécessitent leurs besoins postaux afin de fournir les collectionneurs de timbres en thèmes recherchés. Parmi les thèmes qui font systématiquement l'objet d'émissions, même par des pays qui n'ont pas de lien direct : les Jeux olympiques, la coupe du monde de football, certains personnages célèbres (la princesse Diana a eu droit à des timbres en Asie centrale), etc. Les exemples les plus étonnants sont des séries sur les sports d'hiver émis par des pays tropicaux ou des représentations de la Vierge Marie sur des timbres d'un émirat arabe.
VE-s.jpg

Outre les Émirats arabes, de nombreux pays ont versé récemment dans les émissions thématiques. Ce sont surtout des pays minuscules ou des pays à économie faible. La vente au marché philatélique de ces timbres, souvent par le biais d'agences privées, constitue des bénéfices pour ces pays en question. Parmi ceux-ci, on peut citer certaines îles ou archipels peu peuplés comme les Maldives, St-Vincent-et-Grenadines, ainsi que de nombreux pays africains.
AX-s1.jpg

Source:https://colnect.com/fr wikipedia

jeudi 8 avril 2021

Histoire des timbres : 1895 : le premier carnet de timbres

1895: Les timbres sont vendus à l'unité ou à la feuille.

La feuille est encombrante et fragile d'où l'idée de protéger les timbres par une couverture.

L'objet se nomme booklet ou carnet.
carnet_luxembourg_1895.jpg

C'est le Luxembourg qui eut le premier cet idée, pour protéger les timbres à l’effigie du Grand Duc Adolf.
Grand-Duke-Adolf.jpg

Source:http://stamps.luxcentral.com/LuxBooklets.html

samedi 3 avril 2021

Histoire des timbres: 1869 : Les collectionneurs de timbres

1864: Création du mot philatéliste par Gustave Herpin à la place de timbrologie ou timbromanie Il est créé à partir des mots grecs philos (ami) et ateleia (l'exemption de taxe).
AKM-s1.jpg

1869: Les États-Unis créent le premier timbre de célébration de l'anniversaire d'un événement dans le monde: la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb.
AB-s.jpg

Le monde des timbres est désormais scindé en deux:
d'un côté les timbres d'usage courant imprimés en très grande quantité sur des petites surfaces, qui servent à affranchir la plus grande partie du courrier et sur lesquels figurent des allégories officielles manquant de variété,
de l'autre les timbres commémoratifs (appelés beaux timbres ou timbres pour collectionneurs) au graphisme soigné, mis en vente en petite quantité pour une durée limitée. Un des intérêts pour les administrations postales est qu'une grande partie de ces timbres ne sera pas utilisée par leurs acheteurs. Elles conserveront le produit de la vente sans la contrepartie du transport du courrier.

1869: Création de la Royal Philatelic Society London, la première association philatélique.

Source: Wikipedia
Stampworld

mercredi 31 mars 2021

Histoire des timbres :1856 : le timbre le plus cher du monde

1815: Les Néerlandais cèdent aux Britanniques leurs colonies de Démérara, Essequibo, Berbice et Pomeroon situées sur la Côte Sauvage (Wilde Kust) en Amérique du Sud entre les deltas de l'Orénoque et de l'Amazone.
Le prospère Phillip Frederick Tinne (surnommé le Rothchild de Démérara) s'associe avec Samuel Sandbach, un entrepreneur (et futur maire) de Liiverpool . La Sandbach, Tinne & Co exploite des plantations à l'aide d'esclaves et exporte sucre, mélasse, rhum et café grâce à ses navires comme la frégate de 435 tonneaux "Sandbach" qui navigua de 1825 à 1878.

1831: Les colonies britanniques de la Côte Sauvage sont regroupées sous le nom de Guyane britannique (British Guiana).

1852: La colonie de British Guiana créée ses propres timbres représentant le badge de la colonie, la frégate Sandbach dans un écusson, accompagné de la devise en latin « Damus Petimus Que Vicissim » (« Nous donnons et espérons en retour »).
1cents_brigui.jpg

1853: Waterlow & sons imprime une autre série de timbres pour la colonie depuis leur imprimerie sise à Londres.
C-s.jpg

1856: La livraison des timbres de Londres à la Guyane britannique étant retardée, la colonie créé localement un nombre limité de timbres pour assurer la poursuite du commerce et de la communication sur l'île. Le timbre unique de 1 cent carmin qui reste de ce stock est le plus cher du monde: Il fut vendu 7 millions d'euros en 2014. Les autres timbres du lot sont des 4 pence sur papier carmin ou bleu foncé dont la côte oscille entre 10 000 et 80 000 €.
B-s.jpg

Le Sandbach continua d'illustrer les timbres guyanais jusqu'en 1930.

1882-1913 I11-s.jpg

1913-1930 AA2-s.jpg

Le pavillon de Sandbach, Tinn & Co doit son origine à l'incident du Rambler qui, naviguant sans pavillon et étant menacé d'arraisonnement, a improvisé une solution en cousant ensemble une chemise blanche entre les jambes d'un pantalon bleu. Les lettres "STC" furent ajoutées ultérieurement.
sandbach.jpg

Sources: Wikipedia

https://www.stampworld.com/fr/

https://colnect.com/fr/stamps

mardi 30 mars 2021

Histoire des timbres : 1850 : les premiers timbres dentelés

Le Royaume-Uni a été le premier pays à émettre des timbres-poste avec des perforations.
La première machine spécifiquement conçue pour perforer des feuilles de timbres-poste a été inventée à Londres par Henry Archer, un propriétaire terrien et cheminot irlandais de Dublin. Le Penny Red de 1850 a été le premier timbre à être perforé au cours des essais de la machine à perforer d'Archer. Après une période de tâtonnements et de modifications de l'invention d'Archer, de nouvelles machines basées sur les principes mis au point par Archer ont été achetées et, en 1854, les autorités postales du Royaume-Uni ont commencé à émettre en continu des timbres-poste perforés dont le Penny Red et tous les modèles ultérieurs.
A7-s.jpg

En 1862, un timbre d'usage courant à l'effigie de l'empereur Napoléon III légendé « EMPIRE FRANC », d'une valeur de 20 centimes et de couleur bleu, est le premier timbre-poste de France émis dentelé ; cela fait suite à des expériences de dentelure par de grandes entreprises qui avaient été autorisées par l'administration des postes pour faciliter le détachement des figurine. FR019.jpg

Source: https://colnect.com/fr/stamps

Wikipedia

https://philatelie-francaise.com/

dimanche 28 mars 2021

Histoire des timbres :1848 : les premiers timbres français

François Arago eut du mal à convaincre la Poste française d'utiliser le même système que la Poste Anglaise. Ce ne fut acquis qu'en 1848, au lendemain de la Révolution établissant la IIeme République.

Le 7 septembre 1848, l'Administration des Postes décide le lancement de l'impression d'un timbre à 20 centimes en noir, à 40 centimes en orange et à 1 franc en rouge.
Ceres_noir.jpg Ceres_vermillon.jpg Ceres_orange.jpg

Le dessin adopté est le profil. de Cérès, la déesse romaine de l'agriculture, des moissons et de la fertilité. Elle devient l'allégorie de la République.

piece1849fra.jpg

Sur les pièces de la 2e république, on retrouve le même motif.

C'est le même homme, Jacques-Jean Barre, graveur général à la Monnaie de Paris, qui a gravé le timbre et la pièce à la demande du gouvernement provisoire.

Le timbre est typographié non dentelé par la régie de l'administration des postes française (1848-1851).

Le premier timbre français, imprimé à partir du 4 décembre 1848 et utilisé à partir du 1er janvier 1849 est le Cérès noir de 20 centimes servant à l'affranchissement d 'une lettre jusqu'à 7,5 g pour un transport bureau-bureau.
Ceres_noir.jpg

Le timbre rouge de 1 franc pour lettre de 15 à 100 grammes, imprimé du 30 décembre 1848 au 7 janvier 1849 à partir de l'encre rouge issue du vermillon minéral (cinabre) avait 3 défauts:
Ceres_vermillon.jpg

- l'encre, très corrosive, attaquait le cuivre des planche d'impression

- le rouge était clair et trop proche de la couleur orange du timbre de 40 centimes.

- l'encre rouge vermillon était plus chère qu'une autre encre rouge: le carmin.

Pour éviter la confusion des timbres, les autorités de la Poste prirent les décisions suivantes:

- la vente du timbre à 40 centimes (orange) est retardée jusqu'au moment où le timbre vermillon (rouge clair) ne sera plus dans les guichets

- le timbre à 1 franc sera imprimé en rouge-carmin (rouge sombre)
Ceres_carmin.jpg

- les timbres à 1 franc vermillon seront utilisés tant que tous les bureaux n'auront pas reçu les timbres carmin.

Le timbre orange sera mis en vente le 3 février 1850.
Ceres_orange.jpg

Dans l'attente de fournir des timbres à 40 centimes, l'administration de la Poste fit fabriquer des timbres de 40 centimes bleu mais ne les émis jamais.

La couleur bleue devait être utilisée sur le timbre de 20 centimes, les postiers français ayant découvert 8 ans plus tard que leurs collègues anglais que l'oblitération noire ne se voyait pas sur un timbre de fond noir.
Cette série ne fut pas émise non plus car un changement de tarif de 20 à 25 centimes pour la lettre ordinaire fut pris le 1er juillet 1850.
Ceres_bleu_20c.jpg

Les timbres bleus furent donc émis pour le nouveau tarif de 25 centimes.
Ceres_bleu.jpg

Les timbres de valeurs 10 centimes jaune-brun et 15 centimes vert seront émis en aout et septembre 1850.
Ceres_vert.jpgCeres_brun.jpg
Source: https://philatelie-francaise.com/
https://www.wikitimbres.fr/
https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9r%C3%A8s_(timbre_fran%C3%A7ais)

samedi 27 mars 2021

Histoire des timbres :1847 : le premier navire représenté sur un timbre

Le Lady McLeod est un navire qui servit aux liaisons maritimes entre Port-d'Espagne et San Fernando, situés dans le nord-ouest et le sud-ouest de l'île Trinité, dans les Caraïbes.

Baptisé du nom de la femme de l'ancien gouverneur Henry Mc Leod, ce bateau à vapeur permit un service postal privé de fin 1845 à 1854.

En 1847, l'armateur David Bryce fit usage d'un timbre-poste pour le courrier qu'il transportait.
A-s6.jpg

À partir de 1851, la colonie britannique de Trinité émit ses premiers timbres-poste représentant Britannia assise d'après une aquarelle d'Henry Corbould.

En 1854, le Lady Mc Leod sombra près de San Fernando.

Source: https://www.stampworld.com/fr/

https://en.wikipedia.org/wiki/Lady_McLeod

jeudi 25 mars 2021

Histoire des timbres: 1845 : le plus ancien des timbres en relief et en couleur

En septembre 1843, Genève sort son timbre avec les armoiries de la ville.
A-s2.jpg

Le timbre seul est pour une distribution dans la ville de Genàve, un double pour un port dans le reste du canton.

En 1845, le canton de Bâle émet son timbre::

Non dentelé, il représentait une colombe blanche sur un écu rouge, entouré de la mention « STADT-POST-BASEL » (Poste urbaine de Bâle).
Basel-dove.jpg

Ce fut le premier timbre-poste en relief et en couleur (blanc, rouge et un pourtour bleu clair).

Ce dessin a été réalisé par l'architecte adepte du style neo-classique Melchior Berri. Il servit de 1845 à 1854.

mercredi 24 mars 2021

Histoire des timbres: 1843 : les plus vieux timbres hors Angleterre

En 1843, la Suisse qui n'est pas encore un état fédéral décide d'utiliser le système des timbres pour le courrier interne au canton.

Le 1er mars, le canton de Zurich émet son timbre de 4 rappen (centimes) avec un look très dépouillé: le chiffre 4 sur fond gravé mais sans couleurs.
A-s1.jpg

Le genre chiffre en noir et blanc, est à la mode, puisque le Brésil émet le 1er aout de la même année, son timbre sur un support ovale qui fait penser à un œil de bœuf.
A-s4.jpg

lundi 22 mars 2021

Histoire des timbres: 1841: changement de couleur

Le premier timbre créé par la Poste anglaise est le "One Penny Black".

Sorti le 6 mai 1840, il fut suivi 2 jours plus tard par un timbre de dessin identique mais de couleur bleue et de valeur de vente de 2 pence, destiné à l'affranchissement des lettres de format supérieur.
2pbleu.jpg

Il ne fut utilisé qu'à 6,4 millions d'exemplaires.

8 mois après l'introduction de ces timbres, la Poste du Royaume Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande fait son retour d'expérience: le tampon noir d’oblitération ne se voit pas suffisamment sur le timbre noir de un penny.

La poste change la couleur du timbre de un penny en passant au rouge. Un rouge un peu brunâtre.

Le timbre bleu ne change pas de couleur mais des traits blancs rehaussent les mots Postage et Two pence.
1p_2p.jpg

Ces deux timbres vont rester plus de dix ans en service.

Le "One Penny Red" sera tiré à 2 468 millions d'exemplaires.

Source: Lastdodo.fr
https://www.stampworld.com/fr/stamps/Great-Britain/

dimanche 21 mars 2021

Histoire des timbres: 1840 : le timbre le plus ancien du monde

En 1840, Rowland Hill réforme la Poste anglaise en proposant que ce soit l'expéditeur qui paye le transport. Il propose un service très bon marché.

Le timbre adhésif est collé sur l'enveloppe par l'expéditeur. Le transporteur signale l'utilisation du timbre par un tampon noir.

Le premier timbre du monde est le "Un Penny noir" présentant le portrait de la Reine Victoria en blanc.
A-s.jpg

Le timbre est imprimé sur papier blanc depuis une matrice en acier gravée en taille-douce. Le choix de cette technique est qu'elle est difficile à imiter.

Une protection supplémentaire est prise en choisissant un papier équipé d'un filigrane à petite couronne.
filli_pte_cour.jpg

L'imprimeur est Perkins, Bacon & Cie (1819-1935) de Londres. Il va utiliser 11 plaques gravées pour imprimer des feuilles de 240 timbres. C'est à la charge de l'utilisateur de découper le timbre. 68 millions de timbres "One Penny Black" vont être édités.

Les graveurs et dessinateurs sont Charles et Frederick Heath.

Le profil de la Reine Victoria est quasiment le même que celui utilisé sur les pièces de monnaies britanniques de l'époque (à la couronne prêt).
piece1840.jpg

Source: Lastdodo.fr

vendredi 30 octobre 2020

Armoiries du Danemark

Les Armoiries du Danemark se déclinent en deux modèles : les grandes armoiries royales et les armes d'État.
Les armes d'État ont cette apparence depuis 1819 : trois lions sur un écu d'or. Sur chaque lion se trouvent trois cœurs, qui ont remplacé les nénuphars dessinés auparavant. Au-dessus de l'écu, on trouve la couronne des rois de Danemark.
National_Coat_of_arms_of_Denmark.png
D'or, aux neuf cœurs de gueules, rangés en trois pals, aux trois lions passants d'azur couronnés et armés du champ, lampassés de gueules.

A l'origine, armoirie de la famille d'Estridsen, elle devint armoirie du Danemark à l'extinction de cette dynastie. La famille descendait d'Estrid Svendsdatter, soeur du roi Cnut le Grand. Son mari le Jarl Ulf Thorglisson fut assassiné sur ordre de son frère en 1026.

La famille Estridsen régna sur le Danemark de 1047 à 1412.

Les armoiries sont attestées pour la première fois sur un sceau de Knut VI en 1190.

Les grandes armoiries royales de la Reine Margareth II sont composées de:
Royal_coat_of_arms_of_Denmark_1.gif

- Manteau de gueules doublé d'hermine et timbré de la couronne royale.
- Les colliers de l'Ordre royal de Dannebrog et de l'Ordre de l'Éléphant.
- Deux hommes sauvages armés de massues reposant à terre tenant un écu dont le blasonnement est:
- Écartelé, à la croix pattée d’argent bordée de gueules;
cantonné: en 1, d’or à neuf coeurs de gueules, rangés en trois pals à trois lions léopardés d’azur, armés et lampassés de gueules couronnés du champ (Danemark);
en 2 d’or à deux lions léopardés d’azur armés et lampassés de gueules (Schleswig);
en 3 coupés en 1, d’azur à trois couronnes d’or (Suède), en 2 coupé d’azur à un bélier d’argent passant, lampassé de gueules et armé d’or (Féroés) et en 3, d’azur à un ours polaire passant d’argent, armé du premier (Groenland);
en 4, d’or à neuf coeurs de gueules, rangés en trois pals à trois lions léopardés d’azur, armés et lampassés de gueules couronnés du champ (Danemark);
sur-le-tout-du-tout, parti d’or à deux fasces de gueules (Oldenbourg)

Elles datent de 1972 pour cette version. 1972 est l'année de début du règne de Margrethe II.

La première version de cette armoirie date de 1398 et fut celle d'Eric de Poméranie, roi Eric VII du Danemark (1396 à 1439), roi Eric XIII de Suède (1396 à 1434) et roi Eric III de Norvège (1389 à 1442). Il était aussi duc de Poméranie.
Armoiries_medievales_d_Eric_de_Pomeranie_1382-1459.svg.png

L'union des 3 royaumes à titre personnel par le roi s'appelle l'Union de Kalmar. Elle est symbolisée par les 3 couronnes.
La Poméranie est représentée par le griffon rouge.
La Suède par le lion rampant d'or sur fond d'azur. C'est l'emblème de la famille Folkung qui régna sur la Suède de 1250 à 1363. L'emblème est connu aussi sous le nom de Suède ancien.
Le Danemark par les 3 lions azur sur fond or
L'Union de Kalmar par les 3 couronnes d'or sur fond d'azur, nommé depuis Suède moderne.
La Norvège par le lion à la hache or sur fonds de gueule.

Les armoiries de la famille d'Oldenbourg furent apportés par Christian I d'Oldenbourg, roi de L'Union de Kalmar en 1457.
Christian_I_of_Denmark_Coat_of_Arms_1457-1460.png

La Suède est désormais représentée par les 3 couronnes (Suède Moderne).

La croix blanche liseré rouge rappelle le drapeau du Danemark. Ce drapeau rouge à une croix blanche, est le plus vieux du monde. Il tomba du ciel lors de la bataille de Lyndanisse entre le roi Valdemar II de Danemark et les Estoniens, le 15 juin 1219.. (Valdemar II était le frère et successeur de Knut VI).
danemark_armorial_Gelre_1.gif
Extrait de l'armorial Gueldre (1370-1386)

dimanche 20 septembre 2020

L'écharpe, un signe distinctif militaire

Des chevaliers aux croisés, l’écharpe, signe distinctif ou personnel traverse les batailles

L’écharpe n’a pas toujours été un signe distinctif militaire utile et nécessaire. Son utilisation et son port correspondaient auparavant à une utilité spécifique ou un choix bien plus personnel. Les recherches à propos de son histoire, les prémisses de son apparition sont particulièrement instructives. Elles nous dévoilent de nombreuses facettes sur les origines de l’écharpe que l’on n’aurait sans doute pas imaginé sans se lancer à leurs découvertes dans les livres d’Histoire. On a toujours attribué l’utilisation de l’écharpe blanche au Moyen Âge à un rôle militaire, un signe distinctif pour se différencier de l’ennemi, un élément de ralliement à une armée ou un port de couleur martiale mais il semble que cela ne fût pas toujours le cas.

Le chevalier avait un usage simple et personnel de cette étoffe

L’armure que portait le chevalier était embarrassante, peu pratique et surtout ne lui permettait pas de porter et d’emporter avec lui des objets ou accessoires utiles. L’écharpe, relayée au rang de simple étoffe, avait au Moyen Âge un rôle purement fonctionnel. Le grand morceau de tissu faisait office de suaire, un accessoire auquel le chevalier pouvait avoir recours pour des raisons, des besoins simples mais fondamentaux ou vitaux au cours de la bataille comme par exemple panser ses plaies ou en essuyer le sang d’une blessure, tout simplement se moucher.

Puis la pratique changea. L’accessoire en tissu souvent de couleur blanche, celle du lin et nuance la plus couramment utilisée en ces temps. Symbolique et alors bien moins fonctionnel, il était le présent de la femme qu’il aimait. Le chevalier emportait avec lui et portait un signe, l’étoffe symbolisant l’amour qui le liait à sa tendre dulcinée. L’église couvrira aussi les jeunes chevaliers débutants d’une écharpe de nuance blanche, couleur qu’elle attribue à l’innocence et la pureté. L’étoffe blanche avait toute sa place dans l’attirail du chevalier.

L’étoffe devient un signe distinctif martial

C’est au temps des croisades, période à laquelle les troupes prenaient une ampleur de plus en plus importante, que l’accessoire prit progressivement le sens que l’on lui attribue bien plus facilement aujourd’hui de manière un peu hâtive. Le besoin de porter un signe distinctif de ralliement, d’appartenance à une nation prenait inévitablement tout son sens et devenait nécessaire.

L’historien Joseph François Michaud mentionnait dans ses ouvrages consacrés aux croisades l’existence et la fonction que l’on allait désormais attribuer à l’écharpe sur le champ de bataille des premières croisades : « sur la cote d’armes de chaque écuyer flottait une écharpe bleue, rouge, verte ou blanche ». L’écharpe se porte alors de manière croisée sur la cote d’armes du guerrier. Les croisés la portent en sautoir autour du cou. C’est de ce type d’utilisation et de positionnement en diagonale que naît l’expression « prendre en écharpe » qui signifie prendre de manière oblique.

Dans certains cas, au-delà de la tonalité blanche, la couleur pouvaient symboliser une alliance entre provinces ou nations. Elle restera néanmoins dans un usage le plus courant de couleur blanche. Certains écrits relatent sous Philipe Lebel l’existence d’ « escherpettes blanches cousues ».

Un élément de l’attirail du pèlerin

Le pèlerin en fit usage également. L’arsenal caractéristique du pèlerin se composait de l’écharpe et du bourdon. Celle-ci n’était en définitive qu’une bande assez mince, une courroie retenant une escarcelle. Les rois recevaient les accessoires de l’évêque ou de l’abbé. Ils prenaient alors « l’escherpe et le bourdon » avant d’entamer leur long itinéraire de pèlerinage. Au 14ème siècle, à la fin de la période des croisades et pèlerinages, l’écharpe est un accessoire à part entière de l’uniforme avec l’avènement de l’armure plate. Elle ne supporte plus une sacoche ou une escarcelle. Elle est désormais un élément distinctif, un signe exclusivement militaire.

Au 15ème siècle, peu à peu, l’utilisation de la couleur blanche n’est plus un impératif. La gendarmerie du monarque remplace progressivement la chevalerie traditionnelle. Elle n’est plus un signe martial de ralliement à une nation, une armée mais plutôt une marque de faction. Elle va prendre place en bandoulière sur les vêtements d’étoffe et de cour.

A chaque troupe, chaque infanterie, chaque nation sa couleur d’écharpe

Comme évoqué plus tôt, la couleur la plus couramment utilisée fût tout d’abord le blanc. Au 15ème siècle sous, la venue des armes à feu vient compléter dans l’attirail du guerrier et rend l’écharpe encombrante.

Par la suite, Charles IX et Henri III firent le choix de l’écharpe rouge face à leurs opposants les huguenots à l’étoffe blanche.

henri_IV_1610.jpg

Henri IV 1610

A titre d’exemple, les hollandais portaient le orange, les espagnols le rouge, les anglais le bleu.

rocroi_dernier_tercio.gif

Infanterie espagnole Rocroi 1643

On sait déjà, que du temps de la Fronde, les armées des différents partis, se distinguaient par leurs couleurs : les soldats du roi portaient l’écharpe blanche, ceux du prince de Condé l’écharpe isabelle, ceux de Mazarin l’écharpe verte."

conde_isabelle.jpg

Louis II de Condé 1649

En France, son utilisation fût peu à peu abandonnée par la suite. Gênante, lors des tournois, elle devenait même nuisible et dommageable. C’est le port du fusil au début du 18ème siècle qui conduira à l’abandon de l’écharpe et sa disparition de l’uniforme. L’écharpe en voie de disparition trouvera alors une nouvelle place auprès de l’emblème national par excellence, le drapeau.

L’écharpe, à l’origine accessoire de l’attirail martial du chevalier se mue en cravate distinctive qui se trouve en bout du fer de lance de l’étendard national, une reconversion à l’allure de retraite bien méritée.

https://www.echarpissime.com/origine-histoire-echarpe/etude-historique-echarpe/

https://artillerie.asso.fr/amad/article.php3?id_article=503

https://petitegalerie.louvre.fr/oeuvre/henri-iv-1553-1610-roi-de-france-en-armure

vendredi 28 août 2020

Principales compagnies ferrovière française

1827: Le tout premier chemin de fer ouvert en France (et en Europe continentale) relie le Pont de l'Ane sur la route de Saint-Etienne à Lyon, au petit port d'Andrézieux sur la Loire.

1837: Première ligne de France conçue uniquement pour le transport de voyageurs et exploitée à l'aide de locomotives à vapeur: ligne de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye.

L'étoile de Legrand est le diagramme qui a structuré le développement des infrastructures de transport ferroviaire en France. Présenté en 1838 à l'occasion de la présentation d'un projet de loi rejeté par la Chambre des députés, il fut au cœur de la loi relative à l'établissement des grandes lignes de chemin de fer en France du 11 juin 1842. Il établi un système de chemins de fer en étoile centré sur Paris et porte le nom de Alexis Legrand, directeur général des Ponts et chaussées et des Mines de l'époque.
carte2.gif

1838: La Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans est créée par Casimir Leconte.
po_bouton.jpg

1845: La Compagnie du chemin de fer du Nord est créée par le banquier James de Rothschild et ses associés.
nord_bouton.jpg

1846: De nombreuses compagnies voient le jour, on en compte 33 pour 1900 km de lignes.

1852: La Compagnie des chemins de fer du Midi est créée par les frères Pereire. Souhaitant s'assurer le contrôle de la totalité de l'offre de transport entre Atlantique et Méditerranée, mais également dans l'optique de développer leur potentiel hydraulique, la Compagnie acquiert, dès sa création, une concession de 99 ans sur le canal latéral à la Garonne, et, en 1858 propose - et obtient - de prendre en fermage le canal du Midi.
midi_bouton.jpg

1853: Après le rachat de la Compagnie du chemin de fer de Montereau à Troyes et de la Compagnie du chemin de fer de Blesme et Saint-Dizier à Gray, la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg change de dénomination pour prendre celle de Compagnie des chemins de fer de l'Est. Son premier président sera le comte Eugène de Ségur.
est_bouton.gif

1855: La Compagnie des chemins de fer de l'Ouest est formée par la fusion de plusieurs compagnies de chemin de fer dont Paris à Saint-Germain, Paris à Rouen, Paris à Versaille....
ouest_bouton.gif

1857: Compagnie des chemins de fer de __Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM)__ est créé par Paulin Talabot en fusionnant plusieurs compagnies de l'axe sud-est.
plm_logo_couleur.jpg

1859: Regroupement des compagnies en 6 grandes compagnies, signatrices de conventions avec l'Etat: PLM, Orléans, Midi, Nord, Est, Ouest. Seules subsistent quatre sociétés indépendantes exploitant 67 km de lignes d’intérêt général. De 1862 à 1877, 35 compagnies secondaires vont recevoir les concessions de 3 765 km de lignes d’intérêt général et, de 1866 à 1880, 4 941 km de voies ferrées d’écartement standard seront concédés à 72 sociétés sous le régime de la loi de 1865 sur les chemins de fer d’intérêt local.

1871: Le réseau de la Compagnie de l'Est est amputé de sa partie alsacienne et mosellane à la suite de l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand.
est_logo.gif

1878: Lancement du plan Freycinet: donner accès au chemin de fer à tous les Français, de façon à favoriser le développement économique du pays et à désenclaver les régions reculées. Toutes les sous-préfectures doivent être reliées au réseau des chemins de fer, ainsi qu'un maximum de chefs-lieux de canton.
L'Administration des chemins de fer de l'État est fondée pour reprendre l’exploitation des lignes de dix compagnies concessionnaires défaillantes situées entre Loire et Garonne.
etat_bouton.jpg

1880: Le Syndicat des chemins de fer de ceinture est créé pour exploiter dans un intérêt commun deux lignes qui assuraient l'interconnexion des réseaux des grandes compagnies de chemins de fer français. Il regroupe la Petite ceinture et la Grande ceinture.

1909: Les difficultés de la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest furent telles que l'État procéda au rachat du réseau au travers de l'Administration des chemins de fer de l'État.
etat_logo.gif

1914: Fin de la réalisation du plan Freycinet et il fut pratiquement entièrement réalisé. Cependant, de nombreux chefs-lieux de canton ne furent finalement desservis que par de petits tortillards à voie métrique, d’une qualité assez médiocre.

1919: Création de Administration des chemins de fer d’Alsace et de Lorraine pour gérer le réseau ex Compagnie de l'Est mais mis aux normes allemandes (trains circulant à droite).
al_logo.gif

1933: Fusion PO avec la Compagnie du Midi
pom_logo.gif

1938: Création de la SNCF
logo_sncf_1937.jpg

https://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_relative_%C3%A0_l%27%C3%A9tablissement_des_grandes_lignes_de_chemin_de_fer_en_France
http://www.travelbrochuregraphics.com/Top_Level_Pages/France/France_page_4.htm

mardi 5 mai 2020

Paul Lesourd & fils

Paul Lesourd est né en 1832 à Tours. Son père Grégoire était négociant, juge au Tribunal de commerce de Tours, administrateur de la Banque de France.
Paul commence à travailler comme négociant dans le domaine des huiles minérales. Sa raffinerie est à Tours,quartier de Grammont.
1891: LESOURD Paul & Fils fait parti des 15 raffineurs français de l'époque. Il dépose sa marque pour le pétrole de luxe: Léonine qui doit son nom à la présence d'un lion.
leonine2.png
gaston-noury-leonine.jpg

1893: Construction au chantier Penhoët de Saint-Nazaire du pétrolier à voile "Alice-Isabelle" armateur P. LESOURD (Orléans), géré par PRENTOUT-LEBLOND (Rouen). Son port d'attache était les Sables d'Olonne.
alice-isabelle-31.jpg

1895: Archive commerciale de la France annonce la formation de la sociétéP.Lesourd et fils

1897: La revue Le Panthéon de l'industrie présente la société dans un article. L'usine emploie 100 ouvriers. Un mécanicien-voituriste du Touring Club est à la disposition des clients pour les conseiller.
Essence Lesourd:et graisse: Olèo-Naphte
lesourd_essence-3.jpg
lesourd_essence2.jpg

1903: Innovation dans le domaine de l'éclairage par forte lampe à pétrole.
lesourd_innovation-1.jpg

1906: Paul Lesourd meurt à Nice. Ses fils créent une Société anonyme des Raffineries de Grammont
raffineries-de-grammont-anciens-ets-lesourd.jpg

1908: Archive commerciale de la France annonce la liquidation judiciaire de la SA des Raffineries de Grammont le 31 aout 1908.

1909: Vente de l' "Alice-Isabelle"a une compagnie norvégienne Vallo Oilifinaderi, filiale de la Danish Petroleum C°.

Ressources: Gallica journaux, revues et affiches d'époque
Site Les Sables d'Olonne autrefois
Site de ventes actions et affiches
Livre: La Flotte des navires citernes français de Paul Bois et Hans Pedersen.

dimanche 3 mai 2020

Groupe Total: la distribution

Le groupe Total utilise plusieurs enseignes pour son réseau de distribution:

Total, la marque principale pour environ 1200 stations. C'est la décroissance.
total2003.jpg
Les couleurs du groupe sont bleu,blanc, rouge et orange (voir histoire du logo Total)

Total Access : des carburants de qualité à bas prix

Créée en 2011, elle attaque le segment discount où règnent les grandes surfaces. Environ 700 stations. Des marges moindres, mais la plus forte progression.
logo_totalaccess.png

Les couleurs de la livrée Total Acess est le brun et l'orange.

Elan: les stations de proximité

Souvent des petites dimensions, elles ne peuvent distribuer l'ensemble de la palette des produits Total. Environ 1000 stations. Ce sont les futures vaincues de la vie économique. Elles ne sont pas suffisamment rentables.

elan-header.jpg

elan1.jpg 

Leurs couleurs sont le vert et le bleu.

AS24: la station poids-lourd environ 180 stations

logo-as241.png.

La filiale camion vit sa vie de façon très autonome.

Bleu, jaune/blanc permet de singulariser l'enseigne.

Elf: les nostalgiques

elf.png

3 stations de région parisienne arborent toujours l'enseigne d'Elf.

Le bleu, blanc, rouge a toujours la côte chez le français

vendredi 1 mai 2020

AS24: la station poids-lourd

1956: Fondation de la Compagnie Pétrolière de l’Ouest dans la région nantaise.
cpo.png

1988: Création du Point Carburant pour distribuer aux poids-lourds du carburant moins cher que dans les stations-services traditionnelles.

1989: Création de la première carte client. Elle est valable sur tout le réseau de stations (majoritairement français, à cette époque).

1997: « Point Carburant » est rachetée par Elf Aquitaine et change de nom pour devenir AS 24.
logo_AS241.jpg

Au départ, l’offre se concentre sur la vente de carburants. À mesure que les stations AS 24 s’implantent à travers l’Europe, la société commence à diversifier son offre (badge de télépéage, services gestion de flotte…)

2000: Alors même qu’elle s’apprêtait à faire une OPA sur son concurrent principal Total, Elf est finalement rachetée par cette même entreprise dans un contexte de lourds démêlés politico-judiciaires qui l’avaient affaiblie.

2010: Le siège social déménage au sein du parc Tertiaire Ar Mor, à Saint-Herblain (44).

2015: Direction de Raphaël-Manuel Olivier.

2016: Nouveau logo: camion et logo Total.
logo-as241.png

Aujourd’hui avec près de 500 stations se trouvant à proximité ou sur les autoroutes, l’enseigne est présent dans près de 20 pays en Europe.

https://www.as24.com/fr

samedi 25 avril 2020

Antar

1498 : Jacob Wimpheling, professeur d'Université à Strasbourg, cite cette nauséabonde source (bechel brunn) dans un de ses ouvrages.
1735 : La 1ère concession réelle est délivrée à un médecin d'origine grecque Eyrini d'Eyrinis, c'est à dire le droit de procéder à des travaux du sol et du sous-sol pour en retirer le curieux liquide. L'huile minérale est considérée alors comme un remède thérapeutique.
1740 : Eyrini d'Eyrinis cède ses droits au gentilhomme suisse Louis-Pierre Auzillon de la Sablonnière, ce dernier exploita plusieurs puisards dans le but de caréner les coques de navires avec l'asphalte.
1741 : Création de la première société par actions: la Compagnie d’Asphalte par Auzillon de la Sablonnière qui émet 40 actions au porteur.
1745 : 1er puits creusé à 10 mètres.
1761 : La veuve de Louis-Pierre Auzillon de la Sablonnière s'associe à Antoine Le Bel.
1768 : L'exploitation devient la propriété d'Antoine Le Bel natif de Saint-Servin-sur-Rance dans l'Aveyronnais.
La famille Le Bel restera propriétaire de l'exploitation et œuvra pendant quatre générations.
Le_Bel.jpg

1821 : Première affiche vantant les mérites des graisses d'asphalte de Bechelbronn pour les voitures (graisse de suintement).
1857 : Louis-Frédéric-Achille Le Bel donne naissance à la raffinerie de Pechelbronn. Il extrait le pétrole lampant.
1889 : La société Le Bel et Cie cède Pechelbronn à une société par actions la Pechelbronner Ölbergwerke AG fondée par Alfred Herrenschmidt, un tanneur et 20 actionnaires alsaciens francophiles.
1906: Deutsche Erdöl Aktiengesellschaft les rachete ainsi que deux autres sociétés pétrolières alsaciennes voisines de Biblisheim et de Durrenbach.
dea2.jpg

1918 : A la suite du Traité de Versailles, l'Alsace redevient française et les installations de Pechelbronn deviennent propriété de l'Etat Français.
1921 : Le Vereinigte Pechelbronner Oelbergwerke mis sous séquestre après l'armistice est liquidé. L'Etat Français concède ses droits à une Société nouvelle, entièrement française, créée le 08 mars 1921, sous la dénomination Pechelbronn-Société Anonyme d'Exploitations Minières.
1922 : Pechelbronn S.A.E.M. fonde la Société Alsacienne des Carburants (SOCA) pour mettre à la consommation les carburants produits à Merkwiller. L'essence est vendue sous le nom de Socaline.
socaline1.jpg

1926 : Inauguration des nouvelles raffineries de Pechelbronn et lancement de l'huile Antar par la Société Alsacienne des Oléonaphtes.
Mais pourquoi Antar ?
Il fallait trouver un nom court, qui sonne bien et qui puisse être facilement mémorisé par les consommateurs.
Au moment du choix de la marque, deux manifestations artistiques où apparaissait le chevalier Antar, fils illégitime du cheikh marocain Ibn Chaddad, connaissaient un réel succès : un opéra mis en musique par Gabriel Dupont et un ballet de Diaghilev.
antar-conte.jpg

Les vertus du héros Antar plurent aux dirigeants de Pechelbronn et le fait de commencer par un A plaçait d'emblée Antar en tête des listes et statistiques pétrolières, classées par ordre alphabétique. Une stratégie que ne renierait pas le marketing moderne.
chevalier_antar.jpg

Le cavalier va vite s'effacer et seul va rester son bouclier sur lequel on remarque les symboles typiques de la France: couleur bleu, blanc, rouge et le lys.
Blason_antar.jpg

Une autre version, circulant sous le manteau dans les couloirs, dit que Antar pourrait être compris comme les initiales d'André Tardieu, le ministre à la base de la politique pétrolière française de la fin des années 20 !

1928 : La Société des Huiles Antar (S.H.A.) est constituée afin de distribuer les lubrifiants fabriqués par Pechelbronn. Création de la Société Parisienne de Distribution de Carburants.
1930 : La devise "ANTAR, l'huile de France" née après la crise est connue de tous les automobilistes et les slogans sur la préférence nationale fusent.
1931 : Les techniciens de la raffinerie de Pechelbronn recherchent des produits nouveaux pour répondre aux besoins de l'industrie automobile : Lancement de l'Antar Gel et de l'Antar Sport.
Le réseau de distribution des carburants du Groupe, limité jusqu'alors à l'est et au sud-est (SOCALINE), s'étend à l'ouest et au centre par l'intermédiaire de la Société Française des Pétroles Essences et Naphtes (P.E.N.).

 pen2.jpg

1933 : Pechelbronn fonde une nouvelle filiale Pechelbronn-Ouest (POSA) qui construit une raffinerie à Donges (Loire Atlantique) à côté de celle créée en 1932 par la société d'mportation des Consommateurs de Pétrole (C.P.).
1939 : Le réseau de distribution des carburants comporte 2.000 pompes P.E.N. et 1.300 pompes SOCAL. La guerre malheureusement arrête l'essor de la marque Antar
1944 : Bombardée le 3 août par l'aviation américaine où 106 forteresses volantes déversent plus de 2.000 bombes, la raffinerie fut détruite à 90%; seuls subsistent quelques entrepôts.
1948 : Pechelbronn-Ouest et le Consommateurs de Pétrole fusionnent sous le nom de Raffineries Françaises de Pétrole de l'Atlantique (R.F.P.A.)
1949 : On assiste au regroupement des organisations commerciales du Groupe: la SOCAL fusionne avec la S.H.A. et prend le nom d'Antar - S.A. d'Exploitations Pétrolières (S.A.E.P.).
1950 : Il en est de même l'année suivante pour P.E.N.
1951 : Antar S.A.E.P. participe à la formation d'Antargaz, filiale chargée de distribuer les gaz liquéfiés produits par les raffineries du Groupe. La société succède à Société des Gaz Liquides de Pétrole
1952 -1953: ANTAR S.A.E.P., SERCO (la marque de distribution des Consommateurs de Pétrole) et STARDIS (Worms) unissent leur réseau de distribution sous la marque Antar.
serco.jpg

1954 : Le 23 décembre , les R.F.P.A. recoivent d'Antar S.A.E.P. son réseau de distribution et prennent le nom d' Antar Pétroles de l'Atlantique.
antar-petroles-de-l-atlantique.jpg

1955 : Début du déclin de l'exploitation à Pechelbronn et successivement l'exploitation minière, le forage et le pompage cessèrent.
1958 : Le réseau comporte 212 postes officiels et 3.845 revendeurs soit un total de 11.677 appareils distributeurs. C'est le 7e distributeur français.
1961 : Lancement d' Antar Molygraphite "L'huile de l'an 2000"
1961_Huile_an_2000_villemot.jpg

1964: Antar domine 5,4 % du marché français de la distribution des produits pétroliers (7e). Construction d'une raffinerie à Vern-sur-Seiche (près de Rennes).
1966 : Campagne du "Gaulois" Antar Molygraphite. La représentation de la société se fait plus sur le lys que sur le bleu, blanc,rouge.
antarix.jpg

1967: Construction d'une raffinerie à Valenciennes
1970 : Fermeture définitive de la raffinerie de Pechelbronn. Le Groupe Elf prend le contrôle du Groupe Antar (Elf: 5272 points de vente - Antar 6135 points de vente).
Le logo se modernise comme beaucoup d'autres de la même époque.
ANTAR.jpg

1990: Le logo de Antar est recentré sur le nom avec un T majuscule.
antar90.jpg

1999 : Le Groupe Total absorbe le Groupe ELF.
2000 :Total-Fina S.A. devient Total-Fina-Elf.
2005 : Dissolution et radiation de la Société Antar, la société Total conserve toutefois la marque au niveau des lubrifiants.
2009 : Fin de la vente des huiles à la marque Antar, une longue histoire s'arrête.

http://antarama.free.fr/
http://waltherrostand.free.fr/Terminale/Terminalelcr.html

vendredi 24 avril 2020

PEN

1920: Constitution de la Société anonyme française Pétroles Essences et Naphtes.
Président Laurent Eynac, administrateurs Lillaz Henri et Paul, contrôlée par la banque Bauer et Marshal.

pen2.jpg

Détient des parts de la New Caucasian Oilfields Co Ltd, Géonaphte et Société Européenne des Pétroles

5 entrepôts de vrac au Havre, Rouen, Bordeaux, Saint-Ouen et Diou (Allier)

1931: Commercialise le pétrole de Pechelbronnn dans le centre et l'ouest de la France.

1939 : Le réseau de distribution des carburants comporte 2.000 pompes P.E.N.

1948: Acquisition par la société Pechelbronn de la majorité des actions de la Sté française des Pétroles,Essences et Naphtes.

1950: Le réseau de distribution devient Antar.

mercredi 22 avril 2020

SERCO

1920: Les 6 réseaux des chemins de fer français (Est, Nord, PO, PLM, Midi, Etat), les grandes compagnies de navigation (Transatlantique, Messageries Maritimes, Chargeurs Réunis, Sud-Atlantique, Odon de Lubersac, Auxiliaire de Navigation, Marseillaise de Navigation à Vapeur) et l'Union Minière (Mines d'Aniche, mines de Bruay....) créent pour leur propre approvisionnement en huile de graissage, mazout et autres produits pétroliers, la société Les Consommateurs de Pétrole. Le but est de se soustraire au monopôle des Compagnies pétrolifères portant sur l'importation par mer du fuel-oil.

1922: La société fait construire 2 navires-citernes dont elle ne retire guère de profit (rachat par la Compagnie Auxiliaire de Navigation de deux "médiocres bâtiments" en cours de construction OMPHALE et OPHÉLIE).

1928: Suite aux mesures de protection douanière qui établissent pendant 20 ans, un droit protecteur sur la matière première, les CP s'orientent vers le raffinage en France (raffinerie à Donges en Loire Atlantique) pour produire les huiles noires nécessaires au chemin de fer.

1932: La raffinerie de Donges, d'une capacité de 120.000 tonnes, entre en service.

1933: Pour commercialiser les produits blancs, la société crée SERCO.
serco.jpg

1948: La Société des Consommateurs de Pétrole fusionne avec Pechelbronn-Ouest, qui a aussi une raffinerie à Donges et donne naissance à la R.F.P.A. (Raffineries Françaises de Pétroles de l'Atlantique).

1952-1953: Toutes les stations de la marque SERCO passent à la marque ANTAR.

voir: Rapports spéciaux de la SNCF avec les Consommateurs de Pétrole conférence du 26 mars 1941 www.archives-historiques.sncf.fr
http://antarama.free.fr/

- page 1 de 12