Emblèmes, le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 29 avril 2018

Vive les verts, Allez les bleus !

Cela fait longtemps que les hommes ont choisis de s'habiller de couleurs différentes pour se différencier lors de pratiques les rassemblant.

Le premier "maillot" que l'on connaisse est la tunique que portait les conducteurs de chars lors des courses se déroulant dans les cirques de Rome.

coursedechars.jpg

Ces conducteurs de chars les "auriges" appartenaient à quatre "factions" traditionnelles dont les couleurs représentaient, à l'origine, les saisons (bleu "veneta" : hiver, vert "praesina" : printemps, rouge "russata" : été, blanc "albata" : automne). Domitien (81-96 ap JC) en ajouta deux : la pourpre "purpurea" et la dorée "aurata", mais elles n'existèrent pas longtemps.

Déjà la victoire ou la défaite de tel ou tel cocher appartenant à telle ou telle faction, prenait des proportions de triomphe national ou de catastrophe publique.

A partir du IIIe siècle, les Verts absorbèrent les Blancs et les Rouges fusionnèrent avec les Bleus. Les Verts et les Bleus gardèrent la prééminence et dès lors, toute la population romaine, de l'Empereur au dernier des esclaves, se passionna pour l'une ou l'autre et paria sur ses couleurs. Dans l'Empire on fut pour les Verts (prasinianus) ou pour les Bleus (venetianus) mais ces groupes de «fautores» (on dirait aujourd'hui supporters) avaient aussi une certaine coloration politique.

Chaque couleur avait été adoptée par une classe sociale : le peuple était pour les Verts, le Sénat et l'aristocratie s'identifiaient plutôt aux Bleus. On vit les empereurs les plus « démocratiques », comme Néron, Domitien ou Commode soutenir les Verts, alors qu'un empereur plus traditionaliste, Vitellius, n'hésitait pas à faire exécuter les Verts coupables d'avoir conspué des Bleus.
vert.bmp
A Byzance, les factions des Verts et des Bleus ne sont pas seulement des sociétés de courses, ce sont de véritables partis jouissant d'une organisation politique et militaire, regroupant la population de la ville dans des milices armées, par lesquelles elles pouvaient influer sur les affaires publiques. Le cirque devint ainsi le seul endroit où le peuple put encore faire entendre sa voix à l'empereur. Justinien allait en faire l'amère expérience lors de la "sédition Nika".

Son épouse, Théodora, n'avait cessé depuis son avènement de soutenir les Bleus contre les Verts. Les premiers, assurés de l'impunité, commettaient les pires excès contre leurs rivaux qui s'organisèrent et rendirent bientôt coup pour coup. Un véritable climat de guerre civile s'installa à Constantinople. Une étincelle allait mettre le feu aux poudres.

Le 11 janvier 532, un dimanche, des courses de chars avaient lieu à l'Hippodrome. Justinien et Théodora avec toute leur Cour, y assistaient. Les supporters des Verts se mirent à insulter l'empereur qu'ils accusèrent de laisser les Bleus impunis, puis, en masse, ils quittèrent les gradins (suprême injure) et se répandirent dans la ville.

Justinien fit exécuter quelques meneurs appartenant aux deux partis. La colère populaire ne s'apaisa pas. Le 13 janvier à nouveau, au cours d'une réunion à l'Hippodrome, les hommes des deux factions réunis cette fois contre l'empereur, exigèrent de lui des mesures de clémence ; ne les obtenant pas, ils se ruèrent dans les rues au cri de "Nika" (Victoire) et se mirent à incendier les palais et à massacrer soldats et fonctionnaires.

Le 14 janvier, affolé, Justinien céda ; mais il était trop tard, la révolte devenait une révolution. Le 15, la basilique de Sainte-Sophie, le Sénat, le Palais impérial brûlèrent et durant trois jours l'incendie fit rage. Le 18, la ville était en flammes ; le peuple se réunit à nouveau dans l'Hippodrome et couronna un autre empereur, Hypatios, d'une famille jadis détrônée par Justinien et favorable aux Verts. L'empereur voulait s'enfuir par la mer ; Théodora seule fit montre de courage et conseilla de tenter une ultime résistance.

La Cour soudoya les chefs du parti bleu pour les détacher des Verts. Avec leur aide, les soldats du général Bélisaire cernèrent l'Hippodrome où ils massacrèrent les insurgés qui y étaient rassemblés. Le soir de cette tuerie,selon les sources, entre 30 000 et 80 000 rebelles jonchaient le sol sanglant du cirque. Quelques jours plus tard Justinien faisait exécuter le malheureux Hypatios.

Les courses de chars durèrent jusqu'à la prise de Constantinople par les Croisés en 1204.

http://remacle.org/bloodwolf/liege1/rcdj/Rcdj00.htm
http://antique.mrugala.net/Rome/Course%20de%20chars/Course%20de%20char.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Course_de_chars

mardi 11 août 2015

Magirus-Deutz

1864: Conrad Dietrich Magirus, commandant de la brigade de pompiers volontaires d'Ulm , crée une société pour la fabrication d'équipements contre l'incendie: Feuerwehr-Requisiten-Fabrik C. D. Magirus. La même année, l'ingénieur Nikolaus Otto s'associe avec le producteur d'huile Eugen Langen à Cologne pour créer l'usine de moteurs la plus ancienne au monde: NA Otto & Cie.
Le premier logo d'Otto est un écu à son nom.
otto.gif

1867: Otto produit un moteur atmosphérique à gaz, avec un cycle à très longue détente. C'est le prototype du futur moteur à quatre temps. Ils le vendent à près de cinq mille exemplaires. Son rendement est comparable à celui des meilleures machines à vapeur de l'époque.
1869: L'homme d'affaires de Hambourg Ludwig Août Roosen-Runge rejoint la société qui change de nom en Langen, Otto & Roosen et migre de Cologne à Deutz, sur l'autre rive du Rhin.
1871: Création du fabricant de plaques d'acier perforées de Cologne-Kalk Maschinenbauanstalt Humboldt AG
1872: Otto s'associe avec Gottlieb Daimler et Wilhelm Maybach pour fonder la Gasmotoren Fabrik Deutz AG (Fabrique de moteurs à gaz de Deutz).
1882: Gottlieb Daimler quitte Deutz AG, suivi par Wilhelm Maybach, pour créer un atelier de recherche indépendant à Stuttgart avec le montant du capital de ses parts de Deutz AG. Il fonde la société Daimler Motoren Gesellschaft en 1890 qui deviendra Mercedes-Benz en 1926.
1892: Magirus crée une voiture à cheval portant une grande échelle de 25 mètres de hauteur. L'ingénieur Wilhelm Seck créée à Oberursel dans la Hesse, Motorenfabrik Oberursel une usine qui construit également des moteurs aéronautiques et des moteurs de camions.
oberusel.jpg

1896: Humboldt commence à construire des locomotives.
Humboldt_15_1898.jpg

1903: Premier véhicule à moteur de lutte contre le feu créé par Magirus.
1906: Deutz embauche Bugatti et lance une tentative de production de masse d'automobile. Peter Klöckner fonde à Duisburg la société de négoce Klöckner & Co
1910: Magirus débute la construction de camions et d'autobus.
MAGIRUS__-_1923.jpg

1921: Fusion de Deutz avec Motorenfabrik Oberursel. Le nom devient Motorenfabrik Deutz AG.
1923: Peter Klöckner fusionne tous ses avoirs dans la sidérurgie dans Klöckner -Werke AG
klockner.jpg

1927: Lancement du MTH, premier tracteur agricole de la société Deutz.
deutz27.jpg

1929: Le logo Magirus devient une lettre M stylisée avec trois pointes qui représentent la cathédrale d'Ulm.
magiru30.jpg

1930: Fusion de Motorenfabrik Deutz AG avec Maschinenbauanstalt Humboldt AG. Le nom de la société est désormais Humboldt-Deutz.
1936: Humboldt-Deutz et Magirus fusionnent. La situation financière de Magirus était mauvaise malgré la qualité de ses produits.
1938: Fusion de Humboldt-Deutz avec la Klöckner-Werke AG pour devenir Klöckner-Humboldt-Deutz AG.
klocnerd1940.jpg

1939: Isselburger Hütte AG prends le contrôle de KHD.
Deutz AG est l'un des plus grands conglomérats du Reich et couvre tous les secteurs de l'industrie des moteurs : automobiles, camions, trains, navires, avions, tracteurs.
Son emblème principal est le M avec les flèches
khd1930.jpg

1949: La marque pour les camions, les engin-pompe et les autobus devient Magirus-Deutz.
1953: Les tracteurs Deutz utilisent un logo en losange rouge.
deutz530.jpg

1959: Reprise du fabricant de wagons et tramways Vereinigte Westdeutsche Waggonfabriken AG (Westwaggon).
westwagon.jpg

1962: Achat de Maschinenfabrik AG Fahr à Gottmadingen , un fabricant de machines agricoles. Le département tracteur deviendra Deutz-Fahr
deutz-fahr-_logo.jpg

1968: Reprise de Ködel & Böhm GmbH (Kola) à Lauingen. Magirus-Deutz est le plus importants constructeur de véhicules utilitaires d'Allemagne.
1972: Reprise de WEDAG. Le nom de la compagnie devient KHD Humboldt Wedag.
KHD_Humboldt_Wedag.png

1974: Fiat V.I. rachète 75 % du constructeur d'utilitaires Magirus-Deutz au groupe KHD.
1975: Création d'IVECO (Industrials VEhicules COrporation) qui regroupe les marques Fiat V.I., OM, Lancia V.I., UNIC et Magirus-Deutz.
iveco.png

1980: Klöckner-Humboldt-Deutz vends à FIAT les 20 % des actions de Magirus-Deutz qu'ils possèdent encore.
1983: Magirus-Deutz AG devient IVECO Magirus AG.
Iveco_Magirus_Logo.png

1994:IVECO créé une filiale Iveco EuroFire, spécialisée dans la construction de véhicules de lutte contre l'incendie.
1997: KHD devient Deutz AG et se concentre sur la fabrication de moteurs. Le département tracteur est vendu à l'italien SAME Deutz-Fahr.
2013: Les produits de protection incendie de la société IVECO prennent de nouveau le nom de marque Magirus et un nouveau logo.
magirus-logo.jpg