Emblèmes, le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Emblème personnel

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 5 octobre 2017

Le Blanc avec le Noir (2): le pavillon de Charcot et du Pourquoi-Pas?

Jean Baptiste Charcot (1867-1936), était médecin comme son père Jean Martin Charcot (1825-1893), le créateur de la neurologie.

Sportif accompli, champion de France de rugby 1895 et médaillé d'argent en voile aux JO de Paris 1900, il se passionna pour l'exploration des dernières terres inconnues de l'époque: les pôles Nord et Sud.

N'ayant pas d'ancêtres marins, il répondit à ceux qui mettaient en doute sa capacité à naviguer par l'interrogation: "Pourquoi pas ?".

Il nomma plusieurs de ses bateaux Pourquoi-Pas? et porta comme pavillon personnel un point d'interrogation noir sur blanc.

charcot_pavillon.png

Il mourut à bord du Pourquoi-Pas IV sur les récifs de la côte islandaise, de retour d'une exploration du Groenland.

mercredi 24 juin 2015

Antoine de Lamothe-Cadillac

1902: La toute jeune Detroit Automobile Company est renommée en Cadillac Automobile Company, en hommage au fondateur en 1701 de la ville de Détroit, le français Antoine de Lamothe-Cadillac. La société prends pour logo les armes de Lamothe-Cadillac
cadillac1953.png

Le bien fondé de cet emblème n'est pourtant que le résultat d'une usurpation: Lamothe-Cadillac n’est pas le vrai nom de cet aventurier gascon. Son vrai nom est Antoine Laumet. Il nait le 5 mars 1658 à Saint-Nicolas-de-la-Grave, actuellement département de Tarn-et-Garonne, d'un père avocat au parlement de Toulouse et d'une mère fille d’un marchand et de propriétaire terrien.

Pour des raisons que l’on ne connait pas, Antoine Laumet part pour l’Amérique du Nord et débarque à Port-Royal en Acadie en 1683. C’est à ce moment qu’il semble s’être forgé une nouvelle identité en s’inspirant des titres d’un conseiller au parlement de Toulouse : Sylvestre d’Esparbès de Lussan de Gout, baron de Lamothe-Bardigues, seigneur de Cadillac, de Launay et du Moutet. Fils cadet de la famille Laumet, Antoine s'identifie donc au fils cadet du baron en profitant de la proximité phonique de son nom et de celui de Launay : il se fait appeler Antoine de Lamothe-Launay, prend le titre d'écuyer qui correspond au rang que peut avoir le cadet de la famille, puis le titre de sieur de Cadillac, conformément à la coutume gasconne qui veut que le cadet prenne la succession de l'aîné à son décès. Il se forge ainsi une identité et une origine noble, tout en se préservant d'une éventuelle reconnaissance par quelqu'un qui l'aurait connu en France.

Il présente par ailleurs ses propres quartiers de noblesse illustrés par des armoiries qu'il crée en associant le blason aux trois merlettes de la famille Esparbès de Lussan
Cadillac_1902.jpg

et celui de la famille de Vir: Ecartelé : 1 et 4 : d’or, à une fasce et trois merlettes de sable ; 2 et 3 : écartelé de gueules et d’argent à trois bandes d’azur. cadillac1916.png
La couronne comtale est fantaisiste comme souvent au XVIIe et XVIIIe siècle en France.

Cadillac passe plusieurs années à explorer les terres de la Nouvelle-France et de la Louisiane et à faire du commerce. En 1701, il fonde le fort Pontchatrain du Détroit et la paroisse Saint-Anne sur la rive nord de la rivière Détroit. C’est à cet emplacement que se développera la ville de Détroit.

Cadillac est rappelé à Québec en 1704 pour répondre aux accusations de trafic d'alcool et de fourrures. En 1710, le roi déplace Cadillac comme gouverneur de Louisiane. La famille Cadillac rentre en France et, en 1717, s'installe à La Rochelle. Cadillac se rend à Paris avec son fils Joseph ; ils sont aussitôt arrêtés et emprisonnés à la Bastille pendant cinq mois. Ils sont libérés en 1718 et Cadillac reçoit la croix de Saint-Louis en récompense de ses trente années de loyaux services. En 1722, il vend alors sa seigneurie du détroit au canadien Jacques Baudry de Lamarche et acquiert les offices de gouverneur et major de la ville de Castelsarrasin, près de son village natal. Il meurt à Castelsarrasin le 16 octobre 1730.

jeudi 4 juin 2015

Lion de Brunswick

Henri le Lion (1129/1131-1195; en allemand, Heinrich der Löwe) fut duc de Saxe à partir de 1142 et duc de Bavière à partir de 1156. Il était le plus riche des nobles allemands de l'époque. Il reçut en héritage le duché de Bavière (sud de l'Allemagne) et le duché de Saxe (nord de l'Allemagne). Issu de la famille des Welf, il avait comme emblème personnel le lion.
henri_lion.jpg

Il est le fondateur de Munich et de Lübeck ; et de bien d'autres villes fondées ou développées comme Stade, Lunebourg et Brunswick. Il fit de Brunswick la capitale de la principauté qui équivalait à un royaume. En 1166, un lion en bronze, la première statue de ce métal au nord des Alpes, fut érigé dans la cour du château, près de la cathédrale de Brunswick. La statue pèse 880 kilogrammes, haute de 1.78 metres et longue de 2.79 metres.
Brunswick_Lion.jpg

On trouve la représentation de ce lion dans les emblèmes de Brunswick et des constructeurs automobiles MAN et Büssing.

En 1175, Henri refuse d'aider son cousin l'empereur Frédéric Barberousse pour mener une expédition en Lombardie. Ce fut cette insubordination que l'empereur ne pouvait pas tolérer qui fut le prélude de sa chute. Henri fut soumis à un procès féodal et condamné à la mise au ban de l'empire.Le duc déchu doit quitter ses États en 1182 pour s'exiler trois ans chez son beau-père Henri II d'Angleterre. Revenu d'exil il tente de reconquérir la Saxe sur Bernard III de Saxe en 1190 mais il échoue et il ne lègue à ses héritiers que Lunebourg et Ratzebourg. Il meurt à Brunswick le 6 aout 1195 et il est inhumé dans la cathédrale de la ville.