1862: Première importation à Marseille d'huile de pétrole lampant venant de Pennsylvanie.
Cavagna, Julien-Sauve et Cie créent la Compagnie Générale des Huiles de Pétrole d'Amérique et installent une usine de distillation à Marseille dans le quartier des petites Crottes, le long de la route d’Aix à Marseille.
petrole_amerique_1863_almanach_1.jpg

1863: Mais cette petite société s’essouffle dès l’arrivée des premières cargaisons d’huiles, car après une croissance de courte durée et ses niveaux élevés, ce nouveau secteur d’activité entre dans une phase récessive durable et le mécanisme d’industrialisation s’enraye. Ils sont remplacés par l'association d'hommes d'affaires marseillais protestants qui investissent 300.000 francs dans la création d'une Compagnie Générale des Pétroles pour l'éclairage et l'industrie. Il s'agit de Jules Imer, du cousin germain de sa femme Adolphe Fraissinet et du beau-frère d'Adolphe, Alphonse Baux. La société, connue sous le nom de Imer, Fraissinet et Baux est spécialisée dans la production d'huile de lampe sous la marque I.F.& B. qui sera connue dans la France entière.
marque-ifb.jpg

La Compagnie Générale des Pétroles reprend la raffinerie des petites Crottes et en créent une autre une autre à Bédarrides dans le Vaucluse. Elle raffine du pétrole brut importé des États-Unis et exploite une mine de schistes bitumeux située à Volx.

1880: L’entreprise familiale décide d’étendre ses activités en direction de la prospection pétrolière notamment en Russie méridionale où elle vient d’obtenir des permis de recherche. Cependant, les investissements nécessaires sont considérables et ses ressources financières s’avèrent limitées pour y faire face. La société en commandite Imer, Fraissinet et Baux est transformée en société anonyme avec un capital porté à 6 millions de francs. Henri Leenhardt, beau-frère de Jules Imer dirige la société. Cette augmentation du capital permet à l’entreprise de se doter d’une filiale, l’Imperial Russian Standard Petroleum Company, qui est chargée de la prospection.
cgp-action1.jpg

1905: A Henri Leenhardt succède son frère André.

1914: La Compagnie Générale des Pétroles est une des neufs sociétés du cartel qui dominent le marché pétrolier français.

Les produits vendus sont l'essence Naphta-cycle
naphta-cycle.jpg

L'huile Autovéline
autoveline.jpg

L'huile lourde Diaseline
cgp.jpg

1920: Après un intérim assuré pendant la guerre par Alfred Fraissinet – c’est Alfred Leenhardt, neveu d’Henri et d’André, qui sera à la tête de l’entreprise jusqu’en 1947.

1923: Pour faire face à de nouveaux investissements imposés par l’essor de la consommation, la firme phocéenne procède à une augmentation du capital. Le capital de la Compagnie générale des pétroles est doublé, passant à 16 millions de francs et la majorité des actions sont souscrites par des milieux d’affaires new-yorkais regroupés autour de la Standard franco-américaine, filiale de Standard Oil Company of New Jersey fondée par Rockefeller et la Banque de Paris et des Pays-Bas.

1947: La Standard française des pétroles – qui deviendra plus tard Esso France – absorbe finalement la Compagnie générale des pétroles. Alfred Leenhardt prend alors sa retraite au terme d’une fusion réalisée dans des conditions particulièrement satisfaisantes pour les porteurs d’actions de son entreprise.

voir: http://mediterranee.revues.org/415?lang=en#tocfrom1n4
http://etudessorguaises.fr/index.php/personnalites/506-henri-leenhardt-1822-1904-manufacturier-chretien-social
https://www.persee.fr/doc/medit_002... 1966 sem-linkChristian Verlaque|https://www.persee.fr/doc/medit_0025-8296_1966_num_7_2_3421 ]
http://hauteprovencenumismatique.e-monsite.com/pages/content/actions/compagnie-generale-des-petroles.html
https://fonfrege.fr/pages/our-heritage