Emblèmes, le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 janvier 2018

Les couleurs identificatrices (2):le nombre maximum utilisable

Kenneth Kelly, dans son livre Color Eng. de 1965, pense que 22 est le nombre maximum pour une personne "normale" et que 9 couleurs peuvent être discriminées même par les personnes ayant un défaut de vision.

kelly_s.jpg

Robert et Ellen Carter vérifièrent dans l'espace de couleur CIE L*u*v* que pour être discriminées 2 couleurs doivent être éloignées de plus de 40CIE L*u*v* unités.
Ils proposèrent une palette de 25 couleurs séparées d'au moins 51.6 unités.

Discriminer une couleur est une chose. La nommer, une autre. Le Natural Color System part des 6 couleurs élémentaires d'Herring: jaune, rouge, bleu, vert, blanc et noir et le transforme en un système cohérent de 27 couleurs.

colour_zone_system_s.jpg

Paul Green-Armytage, en 2010, propose un alphabet de 25 couleurs (+1 pour le fond) utilisable. Pour aider à la reconnaissance des couleurs, il leur donne un nom commençant par la lettre qu'elles identifient.

alphabet_green-armytage_s.jpg

Damson ou prune de Damas est le nom anglais de la quetsche.
Ebpny est l'ébène
Honeydew est un melon ou un miellat
Mallow est la plante mauve
Orpiment est une espèce minérale utilisé en pigment
Quagmire se traduit par bourbier
La xantine est un pigment de la famille des purines.
La zinnia est une plante d'Amérique.

voir: A Colour Alphabet and the Limits of Colour Coding de Paul Green-Armytage
http://vladowiki.fmf.uni-lj.si/doku.php?id=notes:rcolor

mardi 16 janvier 2018

Les couleurs identificatrices (1):les lignes du métro parisien

Les couleurs d'identification des lignes de métro sur un plan, couleurs qui peuvent se retrouver dans la signalisation des stations, dépendent pour une grande majorité des possibilités technologiques de reproduction.
Sur un plan noir et blanc de 1914, pas de couleur d'identification.
m_paris_1914_s_large.jpg

Sur de l'impression 4 couleurs (1930), il faut compter une couleur de base (blanc) et 3 couleurs actives (rouge bleu noir). Les différentiations supplémentaires se font par ligne continue et ligne pointillée. 2 lignes qui ne se croisent pas peuvent avoir la même couleur.
m_paris_1930_small.jpg

Plus l'impression s'améliore, plus on a de couleurs. Sur ce plan de 1936, on a du rouge, bleu, vert, marron, violet. Le blanc est la couleur de fond. Le jaune n'est pas retenu car non suffisament discriminant du blanc. Le noir écrit les noms de stations et indique une ligne annexe. Nous avons 6 couleurs.
lagoute1936_small.jpg

En 1978, révolution. Les moyens permettent une plus grande quantité de nuances: jaune, orange, marron, vert clair, vert foncé, violet. Le rouge et le bleu sont affectées aux nouvelles lignes de RER. 8 couleurs pour 14 lignes font que certaines lignes ont les mêmes
m_paris_1978_small.jpg

2013, le nuancier RATP est divulguée. Il comporte 16 couleurs.
nuancier.jpg

Chaque ligne a sa couleur. Pas de limite de reproduction, les codes s'adressant à des écrans, les références peuvent être discriminées.
m_paris_1978_small.jpg

Ceci pose la question: quelle est le nombre maximum de couleurs à ne pas dépasser pour que celles-ci puissent être toujours identifiables ?

voir:http://www.le-cartographe.net/blog/archives/107-la-representation-cartographique-du-metro
http://ateliertally.com/harry-beck-the-paris-connection/
https://twitter.com/pppaulppp/status/233494124781789185

mardi 2 janvier 2018

Rouge contre Jaune (2): Bleu, Rose, Noir et Blanc s'invitent au débat

Nous avons vu dans Rouge contre Jaune (1) que depuis 2006, une lutte opposait les chemises rouges et le chemises jaunes pour le contrôle de la vie politique en Thaïlande.
Les Chemises jaunes sont fervemment opposés à l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra qui a été démis durant le coup d'état de 2006. Elles ont adopté la couleur jaune en l'honneur du roi Bhumibol Adulyadej, la personne la plus révérée en Thaïlande de l'époque. Les Chemises rouges ne se proclament pas de gauche. Elles ont adopté la couleur rouge uniquement pour se différencier des Chemises jaunes. Elles soutiennent Thaksin.
Après le coup d'état, la vie politique a été redonnée aux civils.
Les Chemises jaunes ont accusé deux Premiers ministres d'être des marionnettes de Thaksin. Pour obtenir un changement de gouvernement, les Chemises jaunes ont organisé des actions marquantes. Elles ont occupé le siège du gouvernement pendant plusieurs mois et elles ont bloqué les aéroports de Bangkok au mois de décembre 2008, ce qui a paralysé les voyageurs dans le pays. Les Chemises jaunes ont accepté de mettre fin à leur mouvement quand un jugement a prononcé la non éligibilité des alliés de Thaksin.
jaune3.jpg

Quelques jours après que les Chemises jaunes aient proclamé leur victoire, les Chemise rouges ont de leur côté commencé à organiser leurs propres manifestations. Elles ont également occupé le siège du gouvernement et ont réuni des dizaines de milliers de manifestants à Bangkok. Elles ont été soutenues par les chauffeurs de taxi qui ont utilisé leurs véhicules pour bloquer la circulation à Victory Monument, un carrefour important de Bangkok. Les Chemises rouges ont réussi à faire annuler le sommet de l’ ASEAN à Pattaya, ce qui a mis dans l'embarras l'actuel Premier Ministre Abhisit Vejjajiva.
rouge2.jpg

Chemise jaunes et rouges obtenant ce qu'ils veulent en semant le chaos dans la plus totale impunité, d'autres participants se sont mêlés au débat en adoptant le même règles.

Les Chemises bleues sont apparues quand les Chemises rouges ont commencé à sérieusement mettre au défi le gouvernement. Dans un premier temps, elles ont affirmé ne vouloir que protéger les lieux publics, comme l'aéroport. Mais les Chemises rouges les ont bientôt accusés d'être des hommes de main à la solde du gouvernement. Toutes les Chemises bleues étaient armées de bâtons, battes de golf et barres de fer. Selon diverse sources, les Chemises bleues ont été mises en place par le maire de Pattaya, qui est le fils de ‘Kamnan Poh’ – un homme fort et controversé de cette province.
bleus.jpg

Quand les Chemises rouges ont quitté le lieu où devait se tenir la conférence de l'ASEAN à Pattaya, un groupe de personnes portant des chemises noires leur ont lancé des pierres. Qui sont-elles ?
                               Les Chemises roses réclament la formation d'un parti politique fondé sur l'amour. Le chanteur Jintara, dans ce clip-vidéo de la chanson ‘Mop see chom-poo’, prêche la doctrine des Chemises roses. Les "chemises roses" ont fait leur apparition en 2010. "Près de 5000 manifestants ont enfilé un haut rose pour afficher leur soutien au Premier ministre, Abhisit Vejjajiva, fragilisé depuis un mois par le mouvement des chemises rouges, qui réclament sa démission et des élections anticipées.
rose.jpg

Un groupe de nouveaux manifestants s'affichent tout de blanc vêtus, tranchant avec les couleurs arborées par les opposants à la Premier ministre, Yingluck Shinawatra. Un mouvement encore clairsemé aux contours flous, qui illustre la complexité croissante de la crise dans laquelle s'enfonce le pays depuis bientôt deux mois. Et incarne le ras-le-bol de certains habitants de la mégapole face à l'impasse politique qui perturbe la vie quotidienne et menace l'économie du pays. "Respect my vote !" affichent sur leur tee-shirt certains de ces nouveaux venus. Les blancs sont issus des chemises rouges. Les chemises blanches "souhaitent que le bras de fer politique soit réglé dans les urnes et non dans la rue", explique l'hebdomadaire alors que les Thaïlandais étaient appelés aux urnes le 2 février 2014. Environ un mois plus tard, la Cour constitutionnelle a finalement annulé ces législatives du 2 février, fortement perturbées.
blanc.jpg

Le 20 mai 2014, le général Prayuth Chan-ocha, commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise, instaure la loi martiale. L'armée organise des pourparlers entre représentants des deux factions rivales afin de mettre fin aux troubles, dont le bilan s'élève à 28 morts. C'est le 12e coup d'État depuis l'instauration de la monarchie constitutionnelle en 1932.

voir: http://www.lepoint.fr/monde/thailande-et-maintenant-les-chemises-blanches-15-01-2014-1780491_24.php https://fr.globalvoices.org/2009/04/13/6388/

lundi 1 janvier 2018

Couleurs des drapeaux

Ferdio, l'agence danoise d'infographie, aime les drapeaux et a créé un grand nombre de documents qui illustrent les statistiques ayant un rapport avec les drapeaux.

Dans leur site de démonstration, http://flagstories.co/, ils ont publiés une étude sur les différentes couleurs que l'on trouve sur les drapeaux:

couleurs_drapeaux.png

La conclusion est que les couleurs primaires dominent mais que le violet n'est pas du tout utilisé.

En fait, cette étude est basée sur un article du Time, http://time.com/patriotic-flag-colors/, sur la couleur la plus patriotique.

patriotic_color.jpg

La conclusion de l'article est que malgré tous les discours sur l'exceptionnalisme américain, il y a au moins une chose qui n'est pas exceptionnelle à propos des États-Unis: c'est le drapeau. 14,3 pour cent de tous les drapeaux nationaux affichent la nuance de rouge de la bannière étoilée, ce qui en fait la deuxième couleur la plus commune après le blanc. Et le bleu foncé du canton du drapeau américain est également partagé par 13 autres nations.

En fait, les 196 pays du monde s'en tiennent à une palette étonnamment petite quand il s'agit de choisir leurs drapeaux.

Les auteurs expliquent leur méthode de travail:

Après avoir téléchargé les 196 drapeaux de Flagpedia.net , nous avons additionné le nombre total de pixels de chaque couleur. Cela a donné 527 nuances différentes sur 36,6 millions de pixels. Parce que les images numériques ne sont que des approximations des couleurs dans les drapeaux physiques, nous avons décidé qu'il était prudent de simplifier davantage ces couleurs jusqu'à la traditionnelle palette "Web sécurisé" de 216 couleurs possibles . Cela a réduit le nombre de nuances distinctes de 527 à 63. Ces 63 couleurs ont ensuite été regroupées en catégories parentales de blanc, noir, rouge, bleu, vert et jaune en utilisant un algorithme simple pour déterminer la couleur parente à laquelle chaque couleur ressemblait le plus.

La question qui nous reste en tête est: est-ce que le dessinateur de Flagpedia a bien respecté les couleurs qu'imposent les règles de chaque pays. Les 63 couleurs sont elles justifiées ou ne sont elles que des choix de l'artiste ?

jeudi 28 décembre 2017

Jaune en 21 langues

Logographie:

Chine (1) 黄 (huáng)
Japon (9) 黄 (ki)
Corée (20) 노란 (no-ran)

Alphabétique:

Espagnol (2) amarillo
Portugais (7) amarelo
Français (10) jaune
Italien ( 21 ) giallo
Anglais (3) yellow
Allemand (13) gelb
Russe (8 ) жёлтый (žoltyj)
Turc (17) sarı
Vietnamien (14) vàng (黄)
Javanais (12) kuning

abjad

Arabe (4) أَصْفَر • (ʾaṣfar) (feminin صَفْرَاء‏ (ṣafrāʾ), pluriel صُفْر‏ (ṣufr))
Ourdu (20) پیلا (pîlâ)
Farsi زرد (zard)

abujida

Bengali (5) হলুদ (holuda)পীত (pīta)
Hindi (6) पीला (pīlā)
Landa/Pendjabi (11) ਪੀਲੇ (pīlē)
Telegou (15)పచ్చ(patstsa)
Tamoul (18) மஞ்சள்(manjaḷ)

Le mot jaune provient du latin galbinus, dérivé de galbus (vert pâle, jaune). (1080)
Galbus provient du radical indo-européen commun *ĝhel (briller) qui donne les mots latins helvus (jaunâtre), olus (légume), bilis (bile), fel (fiel).
De la même racine, on obtient le grec ancien χολή (kholê) que l'on retrouve dans les mots français colère (au Moyen Âge, on croyait que la colère était provoquée par un échauffement de la bile), choléra (maladie de la bile) mais aussi χλωρός, chloros (vert-jaune) qui donne chlore (un gaz vert).
L’indo-européen *ĝhel donne aussi gelb (jaune) en allemand, yellow (jaune) en anglais, zelí, zelenina (chou ; légume) en tchèque.

Les Roumains disent galben.

Les Italiens disent giallo avec la même origine que jaune.

Les Espagnols disent amarillo du latin amarellus venant de amarus: amer, désagréable. Amer comme le fiel ou la bile.

Les Tchèques disent žlutý, du vieux slave žlьtь, apparenté à zlato (or métal jaune et brillant), žluč (bile), žluna ( loriot oiseau jaune). Les Russes disent žoltyj (prononcé jioltyi).

L'espéranto lui utilise flava venant d'un autre mot latin: flavus (jaune, blond, doré).

Les Grecs modernes disent κίτρινος (citron).

Le Huāng hé (fleuve jaune) traverse la Chine. Son nom lui vient de sa couleur boueuse. Il se jette dans la Huang Hai (mer jaune).
Le Jaune est la couleur (光) de la terre labourée (田)
L' Empereur Jaune (Huang Di) a conduit la civilisation chinoise de la barbarie à l'état civilisé et le peuple chinois le considère comme l'ancêtre de leur civilisation.

Les Vietnamiens disent vàng qui est le nom de l'or.

En Inde on dit pila (peela).

Les hébreux disent צהוב (tsa-ov).

Le perse zard interprété en arabe comme assfar au singulier et safraa' au féminin ont donnés le nom de safran pour l'épice jaune.

mercredi 27 décembre 2017

Drapeaux personnels des membres de la famille royale de Thaïlande

1891: Le roi Rama V adopte un étendard royal personnel qui ne sera hissé que s'il est présent. C'est le Maharaj Flag ou Raromraj-Thawach-Maha-Siamindra Flag.
th_189kg.gif

1911: Le Roi Rama VI adopte le Maharaj Yai, étendard royal qui présente sur fond jaune Garuda (Phya Khrut) l'emblème royal et national. th-r-kng.gif
Garuda (du sanskrit गरुड / garuḍa, signifiant « aigle ») est un homme-oiseau fabuleux de la mythologie hindouiste puis bouddhiste, fils de Kashyapa et de Vinatâ et frère d'Aruna, le conducteur du char du dieu Sûrya. C'est le vâhana, ou monture, du dieu Vishnu. Il est aussi considéré comme le roi des oiseaux. Il orne les bâtiments officiels, le passeport et les billets de banque. En reconnaissance des services rendus à la nation, le roi accorde à quelques grandes sociétés commerciales le droit de l'utiliser pour décorer leur façade et leurs documents officiels.

Le roi Rama IX Bhumibol Adulyadej utilise comme étendard personnel, un drapeau jaune. Le jaune est la couleur du lundi, son jour de naissance, dans l'astrologie thaïlandaise. Au centre est le chiffre royal ภ.ป.ร. Au-dessus, la grande couronne de la victoire, l'emblème principal de la royauté créé par Rama I. En dessous est le mantra AUM fusion des phonèmes sanskrit A, U et M :

  • A représente le commencement, la naissance, et le dieu créateur Brahmā ;
  • U représente la continuation, la vie, et le dieu Vishnu ;
  • M représente la fin, la mort, et le dieu destructeur Shiva.

DSCF8114.JPG
Les drapeaux personnels des membres de la famille royale sont construits selon le même principe: fond de la couleur du jour de naissance, chifffre personnel, insigne du rang.

1 Déc 2016: Le nouveau roi est Rama X (né en 1952 sous le nom de Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun).
Le fond du drapeau est jaune, couleur du lundi jour de naissance du Roi.
Le centre représente le monogramme royal. ว.ป.ร.: มหาวชิราลงกรณ์ ปรมราชาธิราช : Mahavajiralongkorn Paramarajadhiraja.
Il est complété par le symbole thaïlandais pour la syllabe sacrée “Aum” et la grande couronne de la victoire.
DSCF8118.JPG

La reine mère Mom Rajawongse Sirikit Kitiyakara est née un vendredi (couleur bleu clair).
Cousine par le roi Rama V de son mari, le roi Rama IX, elle occupe de nombreuses fonctions caritatives, dont la présidence de la Croix-Rouge. Les thaïlandais la considèrent comme la « mère du Royaume ».
DSCF8117.JPG

La princesse Maha Chakri Sirindhorn est née un samedi (couleur violet).
Enseignante en histoire à l'Académie militaire royale, promue dans l'armée au grade de général, la princesse Sirindhorn s'investit aussi dans des projets de nature philanthropique. La princesse Sirindhorn était l'un des successeurs potentiels de son père, le roi Rama IX, si le Parlement, comme la constitution thaïlandaise de 1974 lui en donne la faculté, n'avait pas validé la succession prévue de son frère le prince Maha Vajiralongkorn. En effet Sirindhorn est bien plus populaire que celui-ci.
DSCF8112.JPG

voir:https://en.wikipedia.org/wiki/Royal_flags_of_Thailand

mardi 26 décembre 2017

Les 8 couleurs de la semaine en Thaïlande

En Thaïlande, comme dans les pays d'Asie du Sud-Est (Sri Lanka, Birmanie, Laos et Cambodge) où est pratiqué le Bouddhisme Théravâda (dit "du petit véhicule"), chaque jour de la semaine est attribué à un Bouddha se tenant dans une posture spécifique. La tradition veut que les fidèles prient de préférence le Bouddha de leur jour de naissance.
A chaque jour est associé une couleur.

Bouddha du dimanche :
Phra Tawai Neth : "Sept jours de recherche".
Ce Bouddha est debout, les mains croisées vers le bas devant le corps. La main gauche est couverte par la droite. Cette attitude représente la période après que le Bouddha eut atteint l’Illumination. Il était parvenu à l'état d'Illuminé alors qu'il était demeuré assis sous un arbre (le Bho) pendant sept jours dans une profonde méditation. Il est dit qu'il se tint ensuite en méditation debout pour une très longue période pour ensuite atteindre une profonde intériorité.
bouddha_dimanche.jpg
La couleur du Bouddha du dimanche est le rouge.

Bouddha du lundi :
Phra Harm Samot : "Pacifier ses proches".
Ce Bouddha est debout, avec une ou deux mains tendues paumes en avant devant lui. Cette posture rappelle le rôle pacificateur et protecteur du Bouddha. Il est le garant de la paix. Il convainc sa famille en contestation de faire des compromis pacifiques. C'est l'attitude de la "maîtrise des passions" rappel de la parabole selon laquelle le Bouddha accomplit le miracle de calmer l'océan.
bouddha_lundi.jpg
La couleur reliée au lundi est le jaune.

Bouddha du mardi :
Phra Sayiasna: "Atteindre le nirvanna".
Ce Bouddha est dans la posture du Parinirvana. Il est couché sur son côté droit, la main droite supportant sa tête, la main gauche posée le long du corps, les deux pieds parallèles. Il est à l'aube de sa mort. Les textes indiquent qu'il est entré dans le parinibbana le mardi. Ses dernières paroles à ses disciples furent :
"Comme une flamme soufflée par le vent va se reposer et ne peut être définie, ainsi le sage libéré de l'individualité va se reposer et ne peut être défini. Il a dépassé toutes les images et est allé au delà du pouvoir des mots ".
bouddha_mardi.jpg
La couleur reliée au mardi est le rose.

Bouddha du mercredi (en journée):
Le mercredi, jour de naissance de Bouddha, a droit à 2 positions.
Phra Oom-Baht : "Recevoir les offrandes".
Ce Bouddha est représenté debout, tenant un bol à aumônes de ses deux mains. Cette posture est un rappel du devoir pour les moines de suivre l'idéal de détachement et de pauvreté du Bouddha et d'aller chaque jour recevoir leur nourriture de la main des fidèles.
L'histoire raconte qu'après quatre années de son ministère, le Bouddha se rendit visiter son père, son jeune frère et son fils. Son père fut consterné d’apercevoir son propre fils en attente de recevoir des aliments dans un bol d'aumône. Le Bouddha le rassura en l'informant que la descendance du Bouddha devait réaliser le pindabat qui consiste à être réceptif aux adeptes qui apportent avec dévouement des aliments quotidiennement aux bonzes. Encore aujourd’hui, tôt le matin, les fervents bouddhistes se rendent nourrir les bonzes qui parcourent pieds nus les rues de la ville pour recevoir la nourriture qu’ils ne pourront consommer que deux fois par jour, soit à 7 heures et à 11 heures.
bouddha_mercredi_jour.jpg
La couleur reliée au Bouddha du mercredi (jour) est le vert.

Bouddha du mercredi (après minuit et avant l'aube) :
Phra Pang Reerai: "Bouddha faisant retraite dans la forêt de Riraï".
Quand le Bouddha rechercha la solitude en forêt pour méditer sans les distractions causées par les querelles de ses disciples, le roi des éléphants lui apporta à boire. Ce Bouddha est représenté assis à l'occidentale, en train de recevoir des offrandes d'un singe et d'un éléphant. La main droite (qui est du côté de l'éléphant) est ouverte en signe d'acceptation, la main gauche (qui est du côté du singe) est tournée en signe de refus. Il est habituel de voir dans un jardin du temple, une image du Bouddha assis avec un éléphant lui offrant de l'eau pour le désaltérer et un singe essayant de le piéger en lui présentant un nid rempli d'abeilles.
C'est le paradoxe du bien et du mal qui cohabitent à l'intérieur de chacun, la rencontre des opposés. C'est l'appel à la vigilance.
bouddha_mercredi_nuit.jpg
La couleur reliée au Bouddha du mercredi soir est le bleu foncé.

Bouddha du jeudi :
Phra Nung Samadhi : "Le Bouddha en méditation ayant atteint l'illumination".
Ce Bouddha est représenté dans sa posture classique de méditation, les jambes en lotus et les mains jointes. C'est le rappel de la posture classique de méditation : la position du lotus avec la plante des pieds bien visible, les mains reposant sur les genoux, la droite au dessus de la gauche avec tous les doigts tendus , paumes ouvertes vers le ciel. Dans cette position, le corps est réceptif à l'énergie qui entre par le haut de la tête et les paumes ouvertes des mains.
bouddha_jeudi.jpg
La couleur reliée au Bouddha du jeudi est l'orange.

Bouddha du vendredi :
Phra Rum Peung : "Le Bouddha en contemplation".
Ce Bouddha est représenté debout avec les bras croisés sur sa poitrine, la main droite recouvrant la main gauche. C'est un rappel de son hésitation devant la difficulté de communiquer son enseignement au monde après avoir atteint l'Éveil. Cette position implique une transformation spirituelle complète. Après sept jours, le Bouddha quitta l'ombre de l'arbre de Pala et retourna à l'arbre Banyan. De là, il contempla la vérité et s'en pénétra et réalisa la profondeur où il était arrivé. Il sentit que les gens qui étaient esclaves de leurs passions auraient des difficultés extrêmes à le comprendre. Dans sa sagesse, il réalisa qu'il y avait des êtres qui pouvaient pénétrer le Dharma facilement, d'autres qui le pouvaient avec difficultés et d'autres qui n'y arriveraient pas. Les êtres humains sont comme les différents types de lotus qui vivent dans l'eau : certains restent profondément dans l'eau, d'autres émergent parfois et fleurissent progressivement, d'autres encore flottent et fleurissent. De même, les capacités des gens à comprendre le Dharma sont divisées en trois groupes : les personnes d'intuition rapide, les personnes qui comprennent après une longue réflexion et les personnes qu'il faut guider.
bouddha_vendredi.jpg
La couleur du Bouddha du vendredi est le bleu-ciel.

Bouddha du samedi :
Phra Naphrok :"Bouddha protégé par le roi des nagas".
Ce bouddha est représenté en méditation profonde, assis sur un grand serpent enroulé (le roi des nagas) qui s'élève à le protéger, avec ses 7 têtes, du vent et de la pluie de la tempête qui fit rage pendant 7 jours. Le Bouddha ignore le tumulte car il est soulevé au desus des vagues par le naga ("serpent" en sanskrit). Le naga est le gardien et protecteur, médiateur entre ciel et terre, intercesseur entre ce monde et l'au-delà.
bouddha_samedi.jpg
La couleur du Bouddha du samedi est le violet.

Voici 8 des 66 attitudes du Bouddha. C'est pour éviter l’idolâtrie d'une seule image de Bouddha qu' a été créée cette multitude d'attitudes.

Voir les sites: http://freuderic.canalblog.com/archives/2012/11/15/15895546.html
http://www.merveilleusechiang-mai.com/bouddhas-de-la-semaine-les-0-preambule

mardi 19 décembre 2017

Rouge contre Jaune (1)

En 2006 donc, la Thaïlande célébrait le jubilée du roi : soixante ans de règne et une année tout en jaune, car le monarque est né un lundi, jour de la lune. Mais cette année là a été marquée par un autre événement : le renversement du Premier Ministre Thaksin Shinawattra par un « coup » militaire soutenu par des « chemises jaunes » se réclamant du roi.

jaunes2.jpg

Plus tard, par opposition à ces « jaunes », sont nés les « chemises rouges », fervents partisans de l’ex « Premier » Thaksin. Les « jaunes » (PAD: People’s alliance for democracy) et les « rouges » (DAAD: Democratic alliance against dictatorship), frères ennemis, manifestent régulièrement à Bangkok, vêtus de leur couleur et avec plus ou moins de violence, depuis septembre 2006.

rouge1.jpg

La base des « jaunes » est issue de la classe moyenne et supérieure du pays et se considère comme l’élite de la nation, tandis que la base des « rouges » est constituée d’ouvriers et de paysans du nord (Thaksin est né à Chiang-Mai) et du nord-est (Isan), la province la plus pauvre du pays. Pour simplifier, les « jaunes » souhaiteraient qu’aux prochaines élections, les votes des « rouges » n’aient pas la même valeur que les leurs, élite oblige !

Les « jaunes » considérant les « rouges » comme incultes, bon, ici on dit plutôt « baan nok » (un terme un peu méprisant qu’on pourrait traduire par « plouc »). Deux camps, deux couleurs…

Source: http://michjuly.typepad.com/blog/2010/02/importance-du-choix-des-couleurs-en-tha%C3%AFlande.html

mardi 10 octobre 2017

Ambazonia

L'ouest du Cameroun a décidé de se donner une identité nouvelle: l'Ambazonia et de déclarer son indépendance le 01/10/2017.
CameroonAmbazonia.jpg

Nouveau nom, nouvelles couleurs, nouveaux emblèmes, les leaders indépendantistes jouent sur le sentiment que les habitants des deux régions anglophones du Cameroun, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, se sentent marginalisés par la majorité de la population francophone des huit autres régions du Cameroun. IIs croient qu’ils sont traités comme des citoyens de seconde classe.



Historiquement, l'ancienne colonie allemande du Kamerun fut partagée entre la France et le Royaume-Uni en 1918.
cameroun.jpg

Le British Mandate territory of British Cameroons fut administré depuis la colonie anglaise du Nigéria et avait pour badge un régime de banane.
cm-br.gif

Le territoire fut partagé en 2: le Northern Cameroons vota son rattachement au Nigéria où il forme une partie des états de Taraba, Adamawa et Borno. C'est le fief actuel de Boko Haram.

Le Southern Cameroons lui, décida en 1961 de rejoindre le Cameroun francophone indépendant depuis 1959.
cm-1960.gif

Cette union était symbolisée par les 2 étoiles sur le tricolore vert-rouge-jaune. La république était fédérale.
cm-1961.gif

Mais en 1972, le fédéralisme est abandonné et la République du Cameroun devient un état unitaire. Une seule étoile est présente sur le drapeau
cm.gif

En 1984, Barrister Gorji Dinka, un chef traditionnel des Widikum, invente le nom d'Ambazonia qui dérive d’Ambas, nom donné à la région de l’embouchure du fleuve Wouri (Mungo river). Ce site, en forme de baie, avait alors reçu le nom anglais Ambas Bay (baie d'Amboise en français).

En 1999, le Southern Cameroons National Council crée le drapeau à 9 bandes blanches et bleues. Les 13 étoiles représentent les 13 divisions du pays. La colombe tenant son bec le rameau d'olivier complète le tout.
ambazonia.gif

jeudi 5 octobre 2017

Le Blanc avec le Noir (2): le pavillon de Charcot et du Pourquoi-Pas?

Jean Baptiste Charcot (1867-1936), était médecin comme son père Jean Martin Charcot (1825-1893), le créateur de la neurologie.

Sportif accompli, champion de France de rugby 1895 et médaillé d'argent en voile aux JO de Paris 1900, il se passionna pour l'exploration des dernières terres inconnues de l'époque: les pôles Nord et Sud.

N'ayant pas d'ancêtres marins, il répondit à ceux qui mettaient en doute sa capacité à naviguer par l'interrogation: "Pourquoi pas ?".

Il nomma plusieurs de ses bateaux Pourquoi-Pas? et porta comme pavillon personnel un point d'interrogation noir sur blanc.

charcot_pavillon.png

Il mourut à bord du Pourquoi-Pas IV sur les récifs de la côte islandaise, de retour d'une exploration du Groenland.

mercredi 26 juillet 2017

Le Blanc avec le Noir (1): le drapeau corse

fr-corse.gif
Plusieurs versions s'affrontent sur " le pourquoi" de la tête de maure comme emblème de la Corse.

La légende la plus connue voudrait qu'à l'époque des raids Sarrasins, les braves guerriers Corses auraient eu l'habitude de tuer leurs ennemis et de les décapiter ensuite pour empaler leurs têtes sur des piques afin de les présenter aux nouveaux envahisseurs pour les décourager. Un Corse s'étant emparé de la tête d'un chef sarrasin qu'il reconnut au bandeau blanc qui entourait son front, pour la conserver, l'enveloppa dans un linge blanc. Comme il ne pouvait la garder indéfiniment, il songea à la dessiner sur une toile blanche.

Une autre belle histoire parle d'un jeune Corse d'Aléria dont la fiancée avait été enlevée par des corsaires et vendue au roi d'Aragon. Ce jeune, la rage au cœur aurait délivré sa fiancée et tué le lieutenant de ce roi venu le poursuivre en Corse. Il exhiba la tête de ce lieutenant dans toute l'île.

La vérité est plus compliquée: en fait la tête de Maure vient d'Espagne et plus précisément d'Aragon.

La tête de Maure apparaît pour la première fois en 1281, sur un sceau du roi Pierre III dit le Grand. Elle est quadruple et entoure une croix. Cet emblème est censé évoquer la bataille d'Alcoras gagnée en 1096 par le roi d'Aragon Pierre I. Lors de cette bataille, il aurait vaincu quatre rois maures.

Les successeurs de Pierre III continuèrent à se servir de cet emblème pendant un bon siècle, et ce n'est qu'en 1387 que le roi Jean Ier revient au sceau à quatre pals de ses ancêtres qu'il employa seul et que conservèrent ses successeurs tant que dura le royaume d'Aragon.

En 1297, les rois d'Aragon reçurent du pape Boniface VIII l'investiture des royaumes de Sardaigne et de Corse.

S'ils occupèrent militairement la Sardaigne, par contre ils délaissèrent la Corse, en se contentant d'une suzeraineté théorique manifeste surtout sur les armoriaux et cartes. Le pouvoir réel appartenait à Gênes.

Sur le folio 62 de l'armorial de Geldre (ci-dessous), on peut voir:

le blason d'or à 4 pals de gueules surmonté du cimier de Pierre IV avec un dragon d'or,

les bannières d'Aragon (la croix d’Iñigo Arista), Sardaigne (l'emblème actuel de cette île), Majorque (de gueules à 4 pals d'or) et Corse,

armorial_gelre.gif

Cet armorial a été réalisé entre 1370 et 1395, ce qui prouve que la Corse était déjà symbolisée par une tête de maure avec un bandeau blanc à cette époque mais sur fond d'or.

Les bandes de mercenaires de la Renaissance italienne composées de Sardes et de Corses ont porté une bannière à la tête de maure.

L'illustration la plus remarquable se trouve sur un tableau de Piero Della Francesca à l'église de Saint François à Arezzo, daté d'avant 1466.

della_francesca_2.gif

Par contre, il n'existe pas de trace d'une utilisation de cet emblème à l'intérieur de la Corse.

Les atlas du XVI au XVIIIe siècle portèrent une carte de la Corse avec la tête de Maure.

Voici en exemple, celui de l'allemand Seutter publié en 1731.

seutter.gif

L'ile était toujours sous la domination de Gènes. Mais cette domination était de plus en plus mal acceptée par la population. Des troubles survinrent. C'est alors que le 12 mars 1736 débarqua à Aleria un aventurier allemand, Théodore de Neuhoff qui arriva à se faire proclamer roi de la Corse.

Il brandissait en débarquant un drapeau à tête de Maure, portant un bandeau sur les yeux.

neuhoff.gif

Son règne ne dura que 6 mois. Il fut contraint de repartir et mourut pauvre à Londres.

C'est avec Pascal Paoli que le drapeau à tête de Maure est devenu l'emblème officiel de la nation corse.

Au début de son " Généralat " Paoli ne songea pas à innover en cette matière. Il garda l'emblème choisi, en janvier 1735, par les chefs insurgés dont son père, à la "Consulta" de Corte. L'étendard portait l'image de la Vierge Marie.

Dans une lettre du 23 juin 1760 à Rivarola, qui fait suite à différentes consultations, il précise ses intentions au sujet du drapeau corse. Il propose de mettre au revers l'image de Ste Dévote à la place de la Vierge. A l'envers, il reprend la tête de Maure telle qu'elle est représentée sur les cartes de l'époque. Les Géants Marins qui figurent sur l'emblème sont remplacés par des faisceaux d'osier, symbole de la liberté.
A la Consulta de Vescovato, le 24 mai 1761, il fut décidé de frapper des monnaies aux armes du Royaume. Ces monnaies portent les armes de la Corse dans leur version définitive : un cartouche enferme une tête de Maure tournée vers la gauche avec un bandeau sur le front, noué derrière la nuque et un collier à deux ou trois grains.

bandierapaxcalpaoli.jpg

Paoli a décidé de relever le bandeau qui était placé sur les yeux dans les armes de Théodore. Un mot de lui, cité par l'un de ses biographes, nous donne la raison de cette déclaration : " Les Corses veulent y voir clair. La liberté doit marcher au flambeau de la philosophie. Ne dirait-on pas que nous craignons la lumière ? "

Selon une autre source, c'est en 1745 que le général des armées corses Ghjuvan Petru Gaffori en se lançant à l'assaut de la citadelle génoise de Bastia, décida de relever ce bandeau et de le positionner sur le front.

Des documents aux archives de la ville de Gênes prouvent qu'en 1731 existaient déjà des drapeaux à tête de maure avec bandeau sur le front.

Il est cependant certain que c'est Pascal Paoli qui a officialisé la tête de Maure comme l'emblème principal de la Corse.

Au cours des XIX et XX emes siècles, le dessin s'est simplifié pour ne garder que la tête noire et son bandeau blanc sur le fond blanc.


En matière d'emblème, la simplicité est toujours gagnante.

mercredi 19 juillet 2017

Rouge en 21 langues

Logographie:

Chine (1) 红 hóng
Japon (9) 赤 aka
Corée (20) 빨강 ppalgan

Alphabétique:

Espagnol (2) rojo
Portugais (7) vermelho
Français (10) rouge
Italien ( 21 ) rosso
Anglais (3) red
Allemand (13) rot
Russe (8 ) красный krasnyï
Turc (17) kırmızı alaş kızıl
Vietnamien (14) đỏ djo
Javanais (12) Abang

abjad

Arabe (4) أَحْمَر aḥmar au masculin, Hamraa' au féminin, Humr au pluriel
Ourdu (20) سرخ surkh

abujida

Bengali (5) লাল lala
Hindi (6) लाल lāl
Landa/Pendjabi (11) ਲਾਲ lala
Marathi (19) लाल lala
Telegou (15) ఎరుపు erupu
Tamoul (18) சிகப்பு civappu

Les Romains appelaient le rouge ruber. On trouve cette racine dans rubicond: très rouge de peau, principalement concernant le visage, rubéole mais aussi rubrique: titre (écrit en lettres rouges) dans les livres de droit.

Les personnes aux cheveux roux sont dit russus. Russus est l'origine de l'italien rosso, le français rouge et l'espagnol rojo.

Les Espagnols utilisent un sinonyme à rojo: colorado.
Le rouge est la troisième couleur ayant surgi du langage humain après blanc et noir. Ces deux termes qualifiant l'aspect lumineux ou sombre des objets, rouge en qualifie l'aspect coloré.

Les Portugais disent vermelho qui dérive du latin vermiculus, petit vers, désignant la cochenille kermes vermilio parasite du chêne kermès, servant à obtenir une teinture rouge. C'est la même origine que les mots français vermeil et vermillon.

Les Anglais disent red, les Allemands rot.

Les Russes disent krásný ce qui veut dire aussi beau.

Les Tchèques disent červený de l'ancien slave črĭvenŭ: chenilles d'insectes servant à produire la couleur rouge. Les mois de juin et de juillet s'appelent červen et červenec, mois quand les fruits rougissent et mûrissent.

Les Turcs disent kırmızı de kermes, l'insecte.

Les Hébreux utilisent le mot אדום Adom qui est synonyme d'Adam, être humain et qui a la même racine que terre.

Les Grecs avaient plusieurs mots pour désigner la couleur rouge. Dans les Evangiles (texte grec) on trouve les couleurs porphyros (rouge de la couleur de la pierre de porphyre) et kokkinos (rouge écarlate), de kokkos, la cochenille et la teinture écarlate qui en est tirée. Il y a aussi le mot ancien ἐρυθρός Erythros qui a donné Érythrée, le pays rouge (situé au sud selon le code géo-chromatique utilisé depuis la plus haute Antiquité).

Ce code identifie le sud au rouge à cause de la chaleur qui s'associe aux 2 termes. La mer Rouge (turc Kızıldeniz) est au sud de l'Anatolie, comme la mer Noire est au nord.

Le fleuve Rouge (红河, hóng hé) naît en Chine et traverse au sud le Viet-Nam pour aboutir dans la mer de Chine méridionale.

La rue Hamra (arabe : شارع الحمراء, Shariʿ Al Hamra, « rue rouge ») est une des rues les plus célèbres de Beyrouth, la capitale du Liban. Elle était surnommé les Champs Élysées du Beyrouth.

La Mosquée rouge ou Mosquée Lal Masjid (ourdou : لال مسجد), est une mosquée sunnite située au Pakistan à Islamabad dans le quartier G6. En 2007, l’assaut de la Mosquée rouge par l'armée pakistanaise contre un groupe d'insurgés islamistes proches d'Al-Qaïda fit une centaine de morts et ses conséquences ont profondément touchées le Pakistan.

Le Fort rouge, aussi appelé le Palais-fort de Shahjahanabad ou Lal Qil'ah, est une forteresse d'architecture moghole de Delhi, Inde. Il est inscrit depuis 2007 sur la liste du patrimoine mondial. Le fort est aussi le lieu depuis lequel le premier ministre d'Inde s'adresse à la nation chaque 15 août (l'Inde a acquis son indépendance le 15 août 1947), il est le symbole de l'indépendance de l'Inde.

Au Japon, aka s’écrit avec le kanji 赤 que l’on peut décomposer en deux parties, 大 (grand) et 火 (le feu). C’est donc la couleur d’un gros feu qui brûle qui est orangée/rouge. La prononciation aka partage la même étymologie que akiraka (明らか) signifiant « clairement/explicite ». C’est pourquoi on retrouve beaucoup d’expressions japonaises ou 赤 porte le sens de « clairement/complètement ».

vendredi 14 juillet 2017

Les couleurs des points cardinaux (1): Le système Turc

Wikipédia, rien de mieux, rien de pire.

En recherchant l'origine du nom du Biélorussie, je suis tombé à la page https://fr.wikipedia.org/wiki/Russie_blanche sur cette information:

Toutes ces appellations pourraient avoir une origine turco-mongole, les Turcs associant les points cardinaux à des couleurs avec différentes variantes :
Kara, le « noir » (ou l'airelle) désigne le nord,
Ak, le « blanc » désigne le sud,
kızıl, le « rouge » désigne l’ouest,
Yeşil, le « vert » ou Sari, le « jaune » désignent l’est.

avec la référence:
↑ Rüdiger Schmitt, Considerations on the Name of the Black Sea, in : Hellas und der griechische Osten (Saarbrücken 1996), pp. 219–224

J'ai donc été voir la page wikipédia de la mer noire: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_Noire , la même information et la même référence avec un nota de plus:

Le Pont-Euxin étant situé au nord de la Turquie, aurait donc été désigné en turc : Karadeniz, « mer Noire », sombre, alors que la Méditerranée, au sud, a été appelée mer Blanche, claire (Akdeniz) (qui ne doit pas être confondue avec la mer Blanche des Russes). Les savants turcs eux-mêmes sont divisés sur le sujet, car chez les anciens turcophones de la steppe, le nord était désigné par Ak (blanc comme la neige) et le sud par kızıl (rouge comme la chaleur). La logique désignant le nord (obscur) par le noir, le sud (la clarté) par le blanc et l'ouest (soleil couchant) par le rouge, ne serait apparue que tardivement, en Asie mineure.

Nouvelle recherche sur la couleur des points cardinaux. Sur la page italienne de Wikipedia https://it.wikipedia.org/wiki/Punto_cardinale, voici une 3e version:

Secondo la tradizione turca ci sono quattro divinità o signori (Khan), legati ai quattro punti cardinali: il Khan nero o Qara Khan a nord, il Khan rosso o Qïzïl Khan a sud, il Khan bianco o Aq Khan a ovest e il Khan blu o Kök Khan a est.

Sur la page anglaise du même thème, https://en.wikipedia.org/wiki/Cardinal_direction, 4e version: dans un tableau présentant 6 civilisations de l'Eurasie du Nord-Est

cardinal_direction_wiki_en.jpg

Les références sont

13 "Colors of the Four Directions". Retrieved 2010-05-16. https://sites.google.com/site/colorsofthefourdirections/

Conclusion

cardinal_direction_wiki_systeme_turc.jpg

Pour une même question,

Quelle est la couleur associée à un point cardinal par les Turcs ?

on trouve 4 réponses, chacune justifiée par une page Wikipédia.

Méfi !

mercredi 12 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (7): Blancs contre Noirs

Au XVIIe siècle, le travail de mise en ordre et de classification de la nature aboutit aux premières taxinomies qui, organisant de manière logique les organismes vivants pour la commodité des chercheurs. Elles vont s'accompagner presque indépendamment de classifications des êtres humains servant cette fois-ci des intérêts davantage géopolitiques que scientifiques.

En 1684 dans La Revue des Savants, le médecin et philosophe François Bernier, se propose à cette occasion de rompre avec la logique géographique qui prévalait jusqu’alors dans l’appréhension des groupes humains. Il avance l’idée que les hommes puissent être classés selon leurs caractéristiques physiques, en distinguant « quatre ou cinq races humaines ». auquel il donne des noms de couleurs.
Le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778), posant les bases de la systématique moderne, distingue en 1758, quatre races différenciées au sommet de l’ordre des « anthropomorpha » (les futurs primates) : Européens, Américains (nous dirions aujourd'hui Amérindiens), Asiatiques et Africains. Ces 4 races sont associées à la couleur de leur peau blanc, rouge, jaune et noir.
Races_and_skulls.png

Ces travaux vont faire apparaître un certain nombre d'excès dans l'interaction entre races tels l'apartheid et le racisme anti-blanc.

L’apartheid (mot afrikaans partiellement dérivé du français, signifiant « séparation, mise à part ») était une politique dite de « développement séparé » affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques déterminées. Il fut conceptualisé et introduit à partir de 1948 en Afrique du Sud par le Parti national, et aboli le 30 juin 1991.
La politique d'apartheid se voulait l'aboutissement institutionnel d'une politique et d'une pratique jusque-là empirique de ségrégation raciale (Pass-laws, baasskap et colour bar), élaborée en Afrique du Sud depuis la fondation par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales de la colonie du Cap en 1652. Avec l'apartheid, le rattachement territorial (puis la nationalité) et le statut social dépendaient du statut racial de l'individu.

APARTHEID INDICATION

La politique d'apartheid fut le « résultat de l'anxiété historique des Afrikaners obsédés par leur peur d'être engloutis par la masse des peuples noirs environnants ».
Les lois rigides qui en résultèrent, « dictées par une minorité blanche dynamique obsédée par sa survie » en tant que nation distincte, furent ainsi le résultat d'une confrontation, sur une même aire géographique, d'une société sur-développée, intégrée au premier monde avec une société de subsistance, encore dans le tiers monde, manifestant le refus de l'intégration des premiers avec les seconds.

Comme les autres formes de racismes, le racisme anti-blanc peut se manifester au travers d'injures, de diffamation, de harcèlements, d'agressions (y compris de meurtres et de viols) ou de discriminations.
Aux États-Unis, il a notamment été exprimé par des groupes nationalistes noirs. Au Zimbabwe, le président Robert Mugabe a mis en place une politique raciste visant à exproprier et chasser les Blancs. En Afrique du Sud, un chant incitant à tuer des fermiers blancs a été condamné par la justice, alors que des fermiers sont régulièrement assassinés dans ce pays.
congo-1960.jpg

lundi 10 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (6): Turcs blancs contre turcs noirs

Avant d'être les habitants de l'Anatolie, les Turcs étaient des nomades qui vivaient dans les steppes du centre de l'Asie.
Dans ces peuples qui nomadisent, la référence au blanc et au noir est importante.
On rencontre:
- des Kara-Kirghizes (Kirghizes noirs) qui peuplent le Kirghizstan actuel
- des Shvetahuna (Huns blancs) du sanskrit śveta, blanc et hūna, hun, un peuple nomade, nommé Hephthalites par les Grecs, qui envahit le nord de l'Inde en 515
- des Huns noirs dont Attila devient le chef en 443 avant de les jeter à l’assaut de l'Empire Romain d'Occident
- des Ak Koyunlu (Moutons blancs) une fédération tribale d'origine turcomane qui a régné sur ce qui est aujourd'hui l'est de l'Anatolie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le nord de l'Irak et l'ouest de l'Iran de 1378 à 1508.
- des Kara Koyunlu (Moutons noirs) une autre fédération tribale turcomane qui a vécu dans les mêmes régions de 1375 à 1468.
hunlar_hangi__lkeye_aitler.jpg Les références au blanc et au noir sont donc fréquentes dans ce milieu.

Toutes ces appellations pourraient avoir une origine géographique, les Turcs associant les points cardinaux à des couleurs:
Kara, le « noir » désigne le nord,
Ak, le « blanc » désigne le sud,
Kızıl, le « rouge » désigne l’ouest,
Yeşil, le « vert » ou Sari, le « jaune » désignent l’est.
Les savants turcs eux-mêmes sont divisés sur le sujet, car chez les anciens turcophones de la steppe, le nord était désigné par ak (blanc comme la neige) et le sud par kızıl (rouge comme la chaleur).
La logique désignant le nord (obscur) par le noir, le sud (la clarté) par le blanc et l'ouest (soleil couchant) par le rouge, ne serait apparue que tardivement, en Asie mineure.

C'est cette logique qui a donné son nom à la Mer Noire. Le Pont-Euxin (tel que l'appelait les Grecs) étant situé au nord de la Turquie, a été nommé en turc: Karadeniz, « mer Noire », sombre, alors que la Méditerranée, au sud, a été appelée mer Blanche, claire (Akdeniz) (qui ne doit pas être confondue avec la mer Blanche des Russes).
Vier_zeee_n_in_een_kaart.png

On pourrait donc avoir des Huns du Nord, des Huns du Sud...
Mais on a une autre explication qui préfère une "lutte des classes" comme explication: "Partant d'une ancienne organisation tribale Turque en des "blancs" qui représentent la classe gouvernante (huns blancs"akhunlar",mouton blanc"aq qoyunlu")et les "noirs"représentant le reste du peuple (huns noirs"karahunlar",mouton noir"qara qoyunlu")". http://www.algerie-dz.com/forums/archive/index.php/t-123345.html

C'est cette explication qui est donnée pour le phénomène plus récent de Turcs blancs et de Turcs noirs qui scinde la société turque actuelle.
Ici, on parle de siyah Türkler, beyaz Türkler, les Turcs d'aujourd'hui préférant utiliser les mots d'origine perse beyaz et siyah pour blanc et noir plutôt que les mots de racine turque ak et kara.
"Qui croire? Dans les faits, les Turcs sont profondément divisés. D'un côté, les Turcs blancs, l'ancienne élite politique européanisée, profondément attachée à la laïcité à la française, établie par Atatürk et défendue par l'armée qui, en son nom, a commis quatre coups d'État. De l'autre, les Turcs noirs, issus des milieux ruraux mais de plus en plus urbanisés, qui remettent en cause le modèle laïque, qu'ils jugent discriminatoire à l'égard des musulmans pratiquants." nous dit le journaliste qui enquête sur Erdogan http://www.lapresse.ca/international/europe/201106/10/01-4407873-turquie-erdogan-ange-des-turcs-noirs-demon-des-turcs-blancs.php
beyazturk1.jpg Autre page à lire, en anglais car elle n'a pas de version française: https://en.wikipedia.org/wiki/White_Turks_and_Black_Turks

dimanche 9 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (5): Guelfes blancs contre Guelfes noirs

Les guelfes et les gibelins sont deux factions médiévales qui s'opposèrent militairement, politiquement et culturellement dans l'Italie des Duecento et Trecento.
À l'origine, elles soutenaient respectivement deux dynasties qui se disputaient le trône du Saint-Empire : le parti Guelfe appuyait les prétentions de la dynastie des « Welf » et de la papauté, puis de la maison d'Anjou, le parti Gibelin, celles des Hohenstaufen, et au-delà celles du Saint-Empire.

En 1289, les Guelfes de Florence battent les Gibelins et les expulsent de la ville.

La paix ne va pas durer. Les familles guelfes des Cerchi et des Donati vont se disputer le pouvoir.

L'incident précurseur eut lieu dans la ville voisine et vassale de Pistoia.
En 1294, la famille Cancelleri, du parti guelfe, se déchire: les enfants d'un premier lit aux cheveux blancs contre ceux d'un deuxième lit aux cheveux noirs.
En 1296, les fauteurs de troubles sont exilés à Florence.
Simeone da Pantano, chef de la faction noire est un ami de Corso Donati.
Schiatta Amati, le chef des blancs s'allie aux Cerchi.

Le 1er mai 1300, une échauffourée entre les plus jeunes membres des deux familles a lieu sur la Piazza Santa Trinita à Florence: Ricoverino de Cerchi coupe le nez d'un partisan des noirs.

Les Guelfes noirs, très proches de Boniface VIII, vont prévaloir sur les blancs, incapables de se défendre convenablement, et Charles de Valois, venu de France en appui du pape, investira Florence sans rencontrer aucune résistance.

Dès janvier 1302, on commence à exiler les blancs (à Ravenne notamment), dont Dante Alighieri, ainsi que le père de Pétrarque (Pétrarque, l'écrivain, naquit pendant cet exil).



guelfi.jpg

Les Guelfes noirs se partagèrent ensuite entre tosinghi et donateschi, partisans de Rosso della Tosa et de Corso Donati.

Corso Donati, surnommé " il grande barone" fut assassiné en 1308.
Corso_Donati.jpg

Les villages de Corsini Neri et de Corsini Bianchi, près de Pistoia, existent toujours et vivent depuis le 14e siècle en rivalité.

vendredi 7 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (4): Cisterciens contre Bénédictins

L’ordre de Cluny est un très grand ordre bénédictin. Il a été créé par Guillaume Ier, duc d'Aquitaine et comte de Mâcon, par un acte rédigé à Bourges le 11 septembre 909 (ou 910) donnant le domaine de Cluny « aux apôtres Pierre et Paul », à savoir l'Église romaine, pour y fonder un monastère de douze moines.
Ces moines portaient une robe noire par humilité tel que faisait Saint Benoit. Pour lui, la couleur est un artifice inutile.
Quand on dit noir, il faut entendre sombre. Les teintures noires de prix n'étaient pas utilisées. C'était un ensemble bleu foncé, violet sombre, gris qui étaient utilisées.
Saint_Benoit.jpg

En réaction avec le luxe de Cluny, une branche réformée des bénédictins fonde l'abbaye de Cîteaux (Robert de Molesme en 1098).
Ils veulent retrouver les principes essentiels de St Benoit. Leurs habits sont en laine non teinte, donc blanc.
Moines_cisterciens_faisant_la_moisson.jpg

Aux moines «noirs», c'est-à-dire aux moines de Cluny, (...) on reprochait, dit-il, les abus de leurs grands abbés. Aux moines «blancs», c'est-à-dire aux Bénédictins de Cîteaux, (...) on reproche leur dureté de coeur (Faral,Vie temps st Louis,1942, p.43)

En 1124, une violente controverse va opposer Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, à Bernard, abbé de Clairvaux, filiale de Citaux. Il reproche à celui ci l'excès d’orgueil que représente le choix du blanc, couleur de la fête, la gloire, la résurrection.
Le futur saint Bernard lui répond que le noir est la couleur du diable et de l'enfer, alors que le blanc est la couleur de la pureté, l'innocence et de toutes les vertus. La querelle durera jusqu'en 1146, avec de nombreuses lettres échangées sur ce que doit être la véritable vie monastique.

jeudi 6 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (3): Bien contre Mal

Le manichéisme est, dans son acception contemporaine, au sens figuré et littéraire, une attitude consistant à simplifier les rapports du monde, ramenés à une simple opposition du bien et du mal.
Le sens original du terme renvoie quant à lui à la religion antique du manichéisme, religion du prophète Manès.
Le prophète décrit la lutte entre le royaume de la Lumière (Ahura-Mazda) et celui des Ténèbres (Ahriman).

Pour le prêtre et sociologue Jacques Grand’Maison, « l'esprit manichéen transforme toute distinction en opposition et ramène systématiquement la complexité du réel à deux termes qui s'excluent », en recourant à des stéréotypes. « Il a envahi la religion et la culture, la morale et la politique, les idéologies et les sciences », démentant les qualités de pluralisme et de tolérance revendiquées par les sociétés modernes.

Quand il y a combat, c'est souvent entre un camp blanc et un camp noir.

Par exemple le jeu d'échecs
echecs.jpg ou le combat de Luke Skywalker (en blanc) contre Dark Vador, le champion du côté obscur de la force (en noir), version moderne du combat anges contre démons.
starwars.jpg

mercredi 5 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (2): Yang contre Yin

Dans la philosophie chinoise, le yin et le yang sont deux catégories complémentaires, que l'on peut retrouver dans tous les aspects de la vie et de l'univers. Cette notion de complémentarité est propre à la pensée orientale qui pense plus volontiers la dualité sous forme de complémentarité.

Le symbole du Yīn et du Yang, le tàijí tú (souvent entouré de 8 trigrammes du bagua) est bien connu dans le monde occidental depuis la fin du xxe siècle.
yin-yang-300x300.png

Le Yin, représenté en noir, évoque entre autres, le principe féminin, la lune, l'obscurité, la fraîcheur, la réceptivité, etc.
Le Yang quant à lui (laissant apparaître le fond blanc), représente entre autres le principe masculin, le soleil, la luminosité, la chaleur, l'élan, etc.

Le taiji (ou tai-chi) est la source des huit (Bā) figures de divination (guà) et des 64 hexagrammes du Livre des Transformations (Yi King).
Taiji-trigrammes.png

mardi 4 juillet 2017

Le Blanc et le Noir (1): Lumière contre obscurité

"Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière « jour », il appela les ténèbres « nuit ». Il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le premier jour." Livre de la Genèse (Gn 1, 1-31)
a_Sainte_Genevieve_22_f_3.jpg

La première notion de couleur que l'homme eut est en rapport avec la lumière.

Les deux premiers adjectifs de couleur existant sont donc clair et sombre, brillant et obscure, blanc et noir.

Le noir et le blanc sont les couleurs à employer pour avoir un maximum de contraste: ce sont les couleurs de l'imprimerie.
imprimerie.jpg

- page 1 de 7