Emblèmes, le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 8 décembre 2018

PLM

1857: La Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, communément désignée sous le nom de Paris-Lyon-Méditerranée ou son sigle PLM est créée par regroupement des Compagnie du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée (LM), Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL) et d'autres plus petites compagnies de chemin de fer du Sud-Est de la France (axe 4 de l'étoile de Legrand).
1862: Paulin Talabot devient directeur général.
1863: Une loi attribue au PLM l'exploitation de 1 287 km du réseau algérien (lignes Alger – Blida, Philippeville (Skikda) – Constantine, Oran – Saint-Denis-du-Sig (Sig)) qu'il conservera sous différents statuts jusqu'à la création, en décembre 1938, de la nouvelle administration des Chemins de fer algériens (CFA).

1867: Promulgation de la loi no 1530 qui reprend les divers accords et conventions pris lors de l'annexion du comté de Nice. La compagnie du chemin de fer Victor-Emmanuel cède à l'État français les sections construites ou à construire qui sont sur le territoire français, l'État les rétrocédant au PLM.

1880: La compagnie du PLM a, au fil des ans, publié de très nombreuses affiches faisant la promotion de ses itinéraires et sites touristiques.
Elle utilisera ses nom complet, nom abrégé, sigle comme identité visuelle.
plm_1880.jpg
plm_1896-1920.jpg
plm1_1895.jpg
plm_1895.jpg

1896: La gare de Lyon est reconstruite pour l'Exposition universelle de 1900 à Paris.
Le sigle PLM est présenté avec différentes polices de caractère. Cette police est souvent représentative de l'époque.
SONY DSC
plm_1907.jpg

1916: Société Nationale d’Affrètements exploite les navires de la PLM pour transporter le charbon importé d'Angleterre. PLM fera construire 24 navires pour transporter son charbon dont 19 seront perdus en mer.
sna.gif
Le pavillon de la SNA présente une étoile bleue sur fond blanc.

1920: Une crise interne ébranle le PLM : un désaccord entre les dirigeants et le personnel a conduit à deux grèves importantes.
plm_1925.jpg
Logo_PLM_1925.jpg

1925: PLM se diversifie en créant hôtel, circuits de tourisme par autocars...
Ciruits_PLM_1925.jpg

1929: Un bulletin, revue destiné au personnel, est créé.
Bulletin_PLM.JPG
Le dessin de sa page de couverture devient un logo fréquemment utilisé pour sa communication avec le public.
plm_logo_couleur.jpg

1938: Les activités ferroviaires PLM sont intégrées à la SNCF.
Mais les autres activités restent indépendantes.

1991: Rachat de la Cie des Wagons-Lits et la fusion/absorption de PLM par le groupe Accor, PLM fait partie du 1er groupe hôtelier européen.

voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/Compagnie_des_chemins_de_fer_de_Paris_%C3%A0_Lyon_et_%C3%A0_la_M%C3%A9diterran%C3%A9e
http://wikiplm.railsdautrefois.fr/wikiPLM/index.php?title=Accueil
http://www.codimage.fr/pages/marques-gerees-par-codimage-bis.html#plm

samedi 24 novembre 2018

SNCF

La Société Nationale des Chemins de Fer français a été créée par convention du 31 août 1937 entre l’État et les différentes compagnies privées de l'époque : Nord, Est, PO, Midi, PLM, auxquelles s'ajoutent les Syndicats du Chemin de fer de Grande Ceinture et de Petite Ceinture et les deux administrations nationales, les chemins de fer d'Alsace et de Lorraine et les chemins de fer de l’État.
Le premier monogramme proposé est très sommaire: les initiales sont posées les unes derrière les autres.
macaron-loc-vapeur-sncf-240-p-160-a1-1938.jpg

Un projet concurrent voit le jour: le C et le F sont entrecroisés encadrés par le S et le N.
logo_sncf_1937.jpg

Début 1938, un nouveau projet, proposé par Maximilien Vox, est retenu: le Set le F sont entrecroisés, suivis du N, ces trois lettres étant entourés d'un C protecteur.
sncf_logo_1938.jpg

La SNCF se trouva être armateur des navires de transport de passagers des anciennes compagnies. Le pavillon présenta le logo entre 2 triangles bleu et rouge sur un pavillon blanc.
sncf2.gif

1947: Le sentiment patriotique et le fait que la SNCF est alors un des éléments clefs de la reconstruction inspirent la carte de France en arrière-plan du deuxième logo. Ce logo n'est utilisé que sur les documents et affiches, sur le matériel roulant c'est le macaron rond avec les lettres entrelacées qui continue d'être utilisé.
drapeau_sncf_logo_1947.jpg

1962: Sur les documents administratifs apparait une locomotive BB9200.
90px-SNCF_logo-BB9200.svg.png

1972: Retour du sigle avec les lettres qui se suivent. L'écriture est en italique pour insister sur la rapidité des transports (le record du monde de vitesse de 331 km/h a été atteint par un train de la SNCF en 1955). Les lettres sont dans un cadre.
120px-SNCF_logo__1972_.svg.png

La flotte comporte 5 navires.
sncf.gif

1985: Ouverture commerciale, 4 ans après le succès du TGV, la SNCF fait appel au designer industriel français Roger Tallon (design du corail, du TGV Atlantique…) pour moderniser son image. Le choix est fait de s’inscrire dans la continuité tout en optant pour plus de légèreté, de fluidité, de flexibilité. La typographie vient ici renforcer la symbolique du rail mais surtout d’une stratégie de réseau. C'est le logo spaghetti.
120px-SNCF_logo__1985_.svg.png

1990: La flotte SNCF devient SNAT (Société Nouvelle d'Armement Transmanche).
fr_snat.gif

1992: Les lettres SNCF sont conservées mais complétées de symboles en couleur qui reflètent les orientations et ambitions de l'entreprise. La flèche projette l'entreprise dans l'avenir, elle est rouge, symbole de dynamisme, chaleur et affectivité. Elle concrétise la force et l'ambition de la SNCF. La barre d'appui représente la pérennité de l'entreprise, le gris exprime le sérieux et l'organisation de cette grande entreprise, métallisé, il renvoie à la modernité et la technicité. Le fond blanc exprime l'assurance, la transparence et la sécurité. C'est Joël Desgrippes le concepteur de ce logo-casquette.
120px-SNCF_logo__1992_.svg.png

1996 : La SNAT devient SeaFrance, toujours filiale de la SNCF.
fr_sefra.gif

2005: La SNCF dévoile un logo radicalement différent des précédents. Conçu par l'agence Carré Noir (agence de design stratégique du Groupe Publicis), la forme du nouveau logo exprime « la détermination et le mouvement » et rappelle la silhouette du nez du TGV Duplex, sa couleur allant du carmin au vermillon, « la connivence et le changement », quant à la typographie choisie, elle exprime « la relation et la fluidité ». Cette dernière s'est d'ailleurs inspirée du logo du TGV. La "carmillon" couta 67 000 €.
120px-Logo_SNCF__2005_.svg.png

2011: Version épurée du logo présentant des angles arrondis et sur laquelle les reflets des lettres ont été supprimés afin de gagner en lisibilité. Ce changement, également réalisé par l'agence Carré Noir, s'accompagne d'une épuration de la charte graphique de l'entreprise.
120px-Logo_SNCF_2011.svg.png

2012: Cessation d’activité de SeaFrance.

Néanmoins, les autres différents services ou produits de la SNCF ont une identité propre. Très peu de cohérence entre-eux et surtout pas de lien direct avec la marque SNCF.
SNCF_Univers2014_10cm.jpg

2014: Réorganisation de la SNCF. Cohérence des identités (ou presque).
SNCF_Univers2018_10cm.jpg



https://www.sncf.com/sncv1/fr/identite/histoire-logos-sncf
Uniformes du Rail en France entre 1840 à nos jours de Sylvain Vité.
http://pavillon.houseflag.free.fr/index.html
https://www.lesechos.fr/21/03/2005/LesEchos/19375-058-ECH_pourquoi-la-sncf-modernise-son-logo.htm
https://camillecoquet.com/evolution-visuelle-de-la-sncf/

vendredi 23 novembre 2018

Maximilien Vox

Samuel William Théodore Monod (1894 - 1974) est le fils du pasteur Wilfred Monod et le frère du naturaliste Théodore Monod.

Après avoir commencé comme caricaturiste et dessinateur dans la presse comme le périodique laïque Floréal ou le journal L’Humanité, sous le pseudonyme de Maximilien Vox, il entre dans la grande édition en dessinant les couvertures des publications de Bernard Grasset de 1924 à 1926, date à laquelle il occupe la direction artistique de Horizons de France chez Plon.

1926: Il dessine le logo de la collection de romans policiers Le Masque associant un masque noir et une plume, logo qui figure toujours sur chaque roman.
le_masque.jpg

1936: Conseiller du Paris-Lyon-Méditerranée (PLM), il rédige son Standard typographique, véritable manuel technique de ce que l’on appelle aujourd'hui la déclinaison (style typographique distinctif, familles de caractères dédiées, principes et directives de composition s’adaptant à tous les documents publics et administratifs). Il donne de nombreux cours à l’École du Louvre, à l’École nationale supérieure des beaux-arts, et à la New York University.

1938: Il dessine le premier logo de la SNCF et, là encore, il harmonisera graphiquement l’ensemble de ses documents.
sncf_logo_1938.jpg

1952: Il fonde à Lurs un centre de rencontres les Rencontres internationales de Lure, où se réunissent en congrès tous les ans les spécialistes du monde entier de la lettre, de l’imprimerie et du livre.

1954: Il crée la classification des caractères typographiques.

[https://fr.wikipedia.org/wiki/Maximilien_Vox
http://indexgrafik.fr/maximilien-vox/
https://sites.google.com/site/pourmaximilienvox/

mardi 20 novembre 2018

Rolls-Royce

1884: Frederik Henri Royce commence une affaire d'électricité et de mécanique F.H.Royce & Co.
Royce.jpg

1902: Ce mécanicien de génie en grande partie autodidacte construit sa première automobile à Manchester: la Royce 10 de Royce Company
1904: Association avec Charles Rolls, un ingénieur aristocrate fou de moteurs, qui possède sa concession importatrice de voitures européennes CS Rolls & Co.
Rolls.jpg

1906: La société Rolls-Royce Limited est créée. Sortie de la Silver Ghost
rolls090.jpg

1910: Charles Rolls se tue dans une démonstration aérienne.
1911: Spirit of Ecstasy (Esprit d'extase) le fameux bouchon de radiateur de la marque par l'artiste anglais Charles Sykes, représentant une jeune femme les bras déployés et la robe flottant au vent, est un joyau de l'art nouveau.
spiritofextasy1.jpg

1914: La société Rolls Royce plc (aéronautique) est créée pour fabriquer des moteurs d'avion pour la Première Guerre mondiale.
1931: Rolls-Royce achète Bentley, un constructeur concurrent plus petit qui connait des difficultés financières dues à la Grande Dépression.
1933: Henry Royce meurt.Le logo Rolls-Royce avec un double R pour symboliser l’alliance des deux fondateurs Rolls et Royce, imprimé en rouge jusqu'en 1932, ne sera alors imprimé en noir que par choix esthétique (sans rapport selon Rolls-Royce, avec la disparition de son dernier fondateur).
Rolls-royce_logo.png

1971: Nationalisation
1973: Scission, création de Rolls-Royce Motors.
1980: Le fabricant britannique d'équipement militaire Vickers achète la société
1998: Rolls-Royce et Bentley sont achetés par Volkswagen AG pour 430 millions de livres sterling, après une enchère contre BMW. La marque Rolls-Royce et son logo n’étant pas incluse dans l’achat de VW ; elle est alors cédée en licence à BMW (pour 40 millions de £) par Rolls-Royce plc (la division aéronautique) qui en détient les droits. La branche automobile devient Rolls-Royce Motors Cars.
rolls902.jpg
2016: La marque bat son record de vente avec 4 011 véhicules commercialisés dans le monde.

https://www.gracesguide.co.uk/File:Im18880316PE-Royce.jpg

dimanche 18 novembre 2018

Le sceau de Georges Clemenceau

Georges Clemenceau (1841-1929) est l'homme politique au pouvoir en France lors de la fin de la 1ere Guerre Mondiale.

Amoureux de la Grèce, il lit le grec ancien dans le texte. Sculptures et représentations de monuments de la Grèce antique ornent les murs de son appartement.

Il choisit l’empreinte d'une monnaie d’Athènes, représentant une chouette, pour sceller le traité de Versailles le 28 Juin 1919.

sceau-chouette-clemenceau.jpg

Chouette debout à droite, la tête de face ; derrière, une branche d'olivier ; le tout dans les restes d'un carré creux. Légende revers : AOE pour ATHE

La chouette, oiseau consacré à Athéna, devint le symbole d`Athènes sur les monnaies athéniennes, en particulier le tétadrachme, de la fin du VIe au 1er s. av. J.-C.

http://www.histoire-memoires.com/andrieu-fortune.htm

http://centenaire.org/fr/fonds-privees/archives/les-archives-du-musee-clemenceau

mercredi 14 novembre 2018

Deutcher Turnerkreuz

LaTurnerkreuz est une marque figurative du mouvement de gymnastique allemand (turner bund) qui, en 1844, a été gravée par l'imprimeur Johann Heinrich Felsing (1800-1875) de Darmstadt , Hesse , avec les couleurs rouge et blanche de la Hesse. Selon le Turner-Bund allemand, le logo original est toujours carré et forme une croix grecque d' axe égal. Il se compose de quatre copies de la lettre F en majuscule, horizontalement et verticalement, qui reprennent la devise Turner: Frisch, Fromm, Fröhlich and Frei (frais, pieux, joyeux, libres !)

turnerbund_cross.jpg

Le gammadium, ou croix gammée est formée d'une croix commune perpendiculaire à un pôle et horizontale d'un faisceau , les deux en taille de fil, est occupé au milieu. C'est généralement une image héraldique

Gammadium.jpg

À l’origine, les ornements sur les robes byzantines et les vêtements grecs étaient similaires à la lettre capitale grecque Gamma.

Gamma_uc_lc.svg.png

La croix gammée nazie (nommée en allemand Hakenkreuz, « croix en crochets ») a été utilisée comme symbole par Adolf Hitler et le Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) en raison de son association avec les peuples « aryens » dont ils se réclamaient.

La croix gammée nazie est une représentation dextrogyre (qui pointe à droite) du svastika. En Occident, pour des raisons historiques, la croix gammée est généralement associée au nazisme, ce qui n'est pas le cas en Asie.

NSDAP-Logo.jpg

Le svastika dextrogyre noir, emblème du nazisme, a été transformé en l'inclinant à 45° sur un disque blanc, position moins fréquente pour les svastikas indiens. En terme héraldique, il ne s'agit donc pas à proprement parler d'une « croix », comme le svastika d'origine, mais d'un « sautoir gammé ».

La croix gammée fut adoptée par le NSDAP alors qu'il n'était encore que le Parti des travailleurs allemands (DAP), et devint dès 1920 son emblème officiel. Selon Hitler dans Mein Kampf : le blanc représente le nationalisme, le rouge le socialisme, et la croix gammée la race aryenne

https://www.crwflags.com/fotw/flags/de@dtbax.html?fbclid=IwAR37GspZqa2NQLN4duKEHP_FbydmSCiBOzdghIisBvwixigvgICGSR5DVsw

https://de.wikipedia.org/wiki/Turnerkreuz

dimanche 11 novembre 2018

Les estampilles des ébénistes

Concrétisation de l’appartenance à la corporation, l’obligation d’estampiller les ouvrages apparaît aux alentours de 1730, instituée, avec les dérogations d’usage, en 1743, légalisée en 1751 par édit royal.

Marque, signature de l’artisan, l’estampille, poinçon de métal gravé en relief, est frappée dans le bois des sièges et des meubles à des emplacements discrets: sous l’emplacement d’un marbre, sur le bord d’un tiroir, sur une traverse, sur le bâti, etc. Elle indique le nom de l’artisan, souvent accompagné des initiales de son ou des ses prénoms pour le distinguer, car il existe de véritables dynasties de menuisiers-ébénistes qui exercent sur plusieurs années. Elle est souvent accompagnée des trois lettres JME, marque de contrôle de la jurande (bureau de plusieurs jurés nommés par la corporation) des menuisiers ébénistes, d’où les lettres JME, marque qui donne lieu au versement d’une taxe, à laquelle bien des menuisiers et ébénistes tentent d’échapper.

jacob.jpg

Un meuble peut comporter plusieurs estampilles; celle du menuisier, mai aussi celle du sculpteur, du marqueteur, du bronzier, etc, voire celle du marchand – mercier qui passe commande à divers ateliers.

estampille-rvlc-300x112.jpg

pour Roger Vandercruze dit Lacroix (1727-1799) RVLC : maître en 1755, RVLC est d’origine flamande. Il est reconnu pour son talent de marqueteur et est l’un des précurseurs du style néoclassique qui succèdera au style Louis XV.

A l’abolition des privilèges, l’obligation d’estampiller les meubles a pris fin Cependant, de nombreux artisans ont continué d’apposer leur marque sur leurs créations jusqu’au 21e: Gallé, Majorelle, Ruhlmann, Prouvé, Paulin, Starck, Pinto, Wilmotte, Putman, Propst Perriand..

majorelle.jpg

Louis Majorelle (1859-1926) de Nancy.

gerard_guermonprez_estampille.jpg

Après un cursus à l'école Boulle, à Paris, Gérard Guermonprez expose au Salon des Arts Ménagers de 1954 à 1976, où il présente notamment, en 1955, des meubles de série en chêne clair montés sur piètement en métal laqué noir. L'étiquette remplace le poinçon.


http://www.latourcamoufle.com/cahiers-de-antiquaires/ebenistes-et-menuisiers-les-plus-celebres-des-xviiieme-et-xixeme-siecles/

http://www.antiquites-catalogue.com/blog/2014/04/09/les-grands-ebenistes-du-style-louis-xv-leur-estampille-pierre-migeon-rvlc-oeben/

https://atelierpatricebricout.fr/needtowork/cache/all/nos-conseils/estampilles-des-ebenistes/index.html

http://amosiris.com/?p=685

mardi 6 novembre 2018

Le logo le plus cher du monde

Il paraitrait que Symantec a le logo le plus cher du monde: 1,280 milliard de dollars.

C'est ce qu'on lit dans http://the-adgeek.blogspot.com/2015/02/le-top-5-des-plus-chers-logos-et-des.html ou https://www.simpliowebstudio.com/most-expensive-logo-designs/
Qu'en est il réellement ?

Symantec, créée en 1982 par Gary Hendrix, est une société spécialisée dans les logiciels informatiques. Elle a son siège social à Mountain View en Californie.
Son nom est un mélange de SYntax, seMANtics et TEChnology. Symantec était à l’origine centré sur des projets liés à l’intelligence artificielle et le traitement du langage naturel.

Symantec_logo_80s.png

1984: Fusion avec C&E Software -pour Denis Coleman et Gordon Eubanks. Gordon Eubanks devient PDG.

1985: Diffusion du logiciel de base de données Q&A (pour Question - Answer).

1990: Rachat de Peter Norton Computing pour 70.000.000 $

Symantec_logo_90.png

1991: Gary Hendrix quite la société.

1999: John W. Thompson , ancien vice-président d’IBM, devient PDG. À l'époque, Thompson était le seul Afro-Américain à la tête d'une grande société de technologie américaine.

2001: Nouveau logo

Symantec_logo_2000.png

dessiné par Interbrand qui a son siège social sur la 5e avenue. La police de caractère est le Minion Regular (créée par Robert Slimbach en 1990 pour Adobe).

Norton suit certaines directives, entre autres la couleur, mais reste différencié de la maison mère.
Norton2000.jpg

2005: Rachat pour 13,8 milliards $ de Veritas software. Symantec devient ainsi la 5e plus grosse société au monde dans le domaine du logiciel.

2009: Thompson est remplacé par Enrique Salem, membre de la direction de Symantec.

2010: Rachat de Verisign security business

VeriSign.png

pour la somme de 1.280.000.000 $. C'est le prix du rachat de la compagnie et non le prix du logo représentant la nouvelle entité.

Symantec_2010.png

L'un des aspects les plus précieux du rachat était la coche VeriSign. Une petite coche qui authentifie les certificats de sécurité (SSL) sur les sites Web, en particulier les sites commerciaux. Les SSL Verisign étaient plus fiables que d’autres et ont rapporté beaucoup.

Symantec a ensuite pris la tique VeriSign et, en raison de sa reconnaissance, l’a choisi comme logo.

Le changement d'identité a touché 150 sites dans 43 pays. Le projet a été réalisé en 8 semaines au lieu des 6 mois prévisibles. Le cabinet Prioritysign du Wisconsin a géré la conception du programme de signalisation aux études de site en passant par la stratégie de marque, la fabrication et l'installation à l'échelle mondiale. Cette fois ci, Norton rentre dans le moule.

Norton2010.jpg

2012: Salem est brutalement licencié pour des résultats décevants et remplacé par Steve Bennett.

2014: Steve Bennett est limogé. Il est remplacé par Michael Brown.

2015: Le groupe vends ses activités de stockage pour 8 milliards de dollars.

2018: La compagnie n'est plus que la 12e plus grosse société au monde dans le domaine du logiciel.

https://www.prioritysign.com/proven-performance/symantec
https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_mergers_and_acquisitions_by_Symantec
http://logocurio.us/blog/2015/09/10/did-the-symantec-logo-cost-1-28-billion/
https://www.forbes.com/global2000/list/#industry:Software%20%26%20Programming

mercredi 17 octobre 2018

4 types sémiotiques de logos de ville

Comment représenter l’identité d’une ville avec un logo ? L’analyse sémiotique de Boris Maynadier permet d’identifier quatre types de logos de villes. Ils la désignent, l’affirment avec emphase, la représentent, ou mettent en scène une relation.

Désignation de la ville

Certains logos alphanumériques reprennent le nom ou l’initiale de la ville. Ils entretiennent un rapport de désignation, à la manière d’une étiquette.

Saint-Etienne.png

Emphase de la ville

On trouve récemment des logos étiquette plus développés, à l’instar de OnlyLyon. Sur le plan du signifiant, le signe invite à un décryptage de la part du récepteur.

Cela confère un caractère créatif au logo, car il demande un travail cognitif pour être résolu tout en respectant les contraintes de l’anagramme.

Cette résolution conduit à comprendre le sens du logo « seulement Lyon ».

Il ressort une emphase qui amplifie l’importance de la ville. L’emphase se traduit aussi par l’expression un sentiment de fierté « on sent la fierté de la ville »

only_lyon.jpg

Représentation de la ville

Les logos de type institutionnel s’inscrivent dans une démarche de création d’une marque pour la ville.

Ces logos sont construits de telle sorte qu’ils expriment une certaine identité de la ville, jugée stratégiquement pertinente par les managers et les responsables urbains.

Que le logo soit figuratif (e.g. le dessin explicite d’un élément architectural de la ville) ou abstrait (e.g. la symbolisation d’une valeur, comme le dynamisme), il manifeste la volonté de la part de ses créateurs de montrer certaines qualités des villes (e.g. historiques,économiques, etc.). L’enjeu managérial et créatif réside alors dans la capacité du signe à valoriser ces caractéristiques, jugées dignes de cette représentation.

Logo_Pau.svg.png

Relation à la ville

Les logos à la première personne s’appuient sur une démarche relationnelle. Plutôt que désigner ou représenter la ville, ils mettent en scène la relation entre cette dernière et le citadin.

En effet, les logos à la première personne mettent en jeu une identité, mais plutôt que de focaliser sur celle de la ville c’est celle du citadin qui est valorisée. Avec les logos à la première personne, les managers opèrent donc un renversement.

L’identité en jeu semble être moins celle de la ville que celle du citadin. Le logo commence en effet par un pronom à la première personne : c’est donc bien l’identité de chacun qui est d’abord concernée. Le logo « I amsterdam » qui se destine à tous les publics de la ville, habitants, touristes ou entreprises, en est une bonne illustration (www.iamsterdam.com).
i__amsterdam_logo-copie-1.png

De quoi le logo d’une ville est-il le signe ?

Boris Maynadier

Décisions Marketing n°74 Avril-Juin 2014, 115-127

vendredi 12 octobre 2018

Les 12 différents types d'armoiries

A. Les armes parlantes sont celles qui se rapportent au nom de celui qui les porte

A1. Par l'initiale

DIGNE.BMPD pour Digne

A2.Quand le nom est composée de 2 noms, les initiales des 2 mots

pierrefeu.bmp PF pour Pierre Feu

A3. Par une syllabe du nom, généralement la première

colmars.bmp COL pour Colmars

A4. Par le nom en entier

allauch.bmp ALLAUCH pour Allauch

A5. Par la première et dernière lettre du nom

la_ciotat.bmp CT pour La Ciotat

A6. Par une figure qui rappelle le nom

soleillas.bmp un soleil pour Soleillas

A7. Par une figure qui rappelle pour l'oreille et non pour l'esprit, la prononciation du nom.
Il s'agit d'un rébus.

cogolin.bmp un coq et du lin pour Cogolin

B. Les armes allusives qui se rapportent à un fait quelconque, tiré:

B1. de la situation du lieu

aups.bmp les Alpes pour Aups

B2. d'un événement remarquable ou d'une action illustre

tarascon.bmp la tarasque tuée par Sainte Marthe pour Tarascon

B3. de la possession d'un ou plusieurs seigneurs

barreme.bmp armes de la famille de Villeneuve pour Barrême

C. Les armes de caprice qui ont simplement la fantaisie pour origine et que l'on peut diviser en:

C1. Anciennes

nible.bmp une étoile pour Nible

C2, Nouvelles qui furent imposées en 1697 par les employés du sieur Vannier, chargé en Provence de l'enregistrement de toutes les armoiries.

DAUPHIN.BMP un éléphant et un pairle pour Dauphin

d'après Louis de Bresc dans Armorial des communes de Provence (1866).

mardi 2 octobre 2018

Les 7 différents types de logo

A: Les logotypes / textes
Également appelés « marque verbale », ils définissent l’identité visuelle de l’entreprise – essentiellement grâce à une typographie spécifique.
Toute la difficulté est de traduire, par le seul jeu typographique, toutes les valeurs de l’entreprise.

A1: Le mot-symbole (wordmark)
Les logotypes sont uniquement basés sur le nom de l’entreprise. Tout le travail de recherche est d'avoir un nom d'entreprise ou de produit ou de marque, court et percutant. Google et Coca-Cola sont de bon exemples.
google.jpg coca-cola.jpg

A2: Le monogramme (lettermark)
IBM, CNN, HP, NASA… Vous voyez le point commun ? Ces entreprises ont toutes choisi de créer un logo à partir des initiales de leur nom. Au lieu de parier sur le fait que les consommateurs réussiront à se souvenir de leur nom à 2 ou 3 mots, ils ont opté pour un monogramme.
ibm.jpg nasa.jpg

B: Les logos iconiques / dessins
Ils sont immédiatement reconnaissables par leur seule icône mais concernent essentiellement les marques bénéficiant d’une forte notoriété.

B1: Les pictogrammes
Un logo pictographique (aussi appelé emblème de marque) est une icône, ou aussi un dessin schématique, simplifié. Il s’agit probablement de l’idée générale que vous avez d’un « logo »: tel que la célèbre pomme d’Apple, l’oiseau de Twitter ou les deux flèches de Carrefour. Tous ces logos sont emblématiques car les entreprises sont bien implantées. L’emblème devient alors immédiatement reconnaissable par les consommateurs, et la représentation d’une entreprise peut se résumer à une image. Trouver le symbole approprié est un défi pour les nouvelles entreprises, et celles qui jouent sur une identité visuelle forte.
apple.jpg Logo_Carrefour_sans_titre_1966.jpg

B2: Les logos abstraits
Au lieu d’utiliser une image reconnaissable pour représenter l’entreprise (une pomme ou un oiseau), on prend une forme abstraite. Parmi les exemples célèbres, on retrouve BP, Pepsi et Adidas. Comme tous les logos-symboles, les logos abstraits sont très efficaces parce qu’ils parviennent à représenter les valeurs d’une entreprise en une seule image. Là où les logos pictographiques reposent sur une image concrète, un symbole connu de tous, les logos abstraits offrent une vraie liberté de représenter votre entreprise de façon unique.
pepsi.jpg adidas.jpg

B3: L'emblème
L’emblème, constitué d’un symbole ou d’une icône (un badge, un cachet ou un sceau) qui vient d'un autre monde graphique que celui du commerce. Ces logos ont une apparence traditionnelle qui reste très présente dans les esprits. Beaucoup d’écoles et d’organisations gouvernementales font le choix de créer un logo sur ce modèle, mais c’est aussi le cas de l’industrie automobile. Certains sont même parvenus à moderniser le look de ce type de logo pour l’adapter aux tendances actuelles (Starbucks et Harley Davidson sont de bons exemples).
harvard.jpg starbucks.jpg

C: La combinaison d’illustrations

C1: Le logo combiné
Ce logo combine du texte et un symbole. C’est de loin le logo le plus largement utilisé. Une image, une forme ou un dessin vient compléter le nom de la société. Ce logo est évolutif en fonction de l’évolution de l’entreprise. En effet, une fois que l’entreprise sera assez connue, il est alors possible de ne garder que l’image.
lacoste.jpg kfc.jpg

C2: Le logo emblème
Dans ce logo, le nom de la société est intégré dans le symbole. Contrairement au logo combiné, le texte et le symbole ne peuvent pas être dissociés, en effet, ils seront toujours employés ensemble. mr-peanut.jpg burger-king.jpg

Sur le sujet: https://graphiste.com/blog/comment-choisir-son-logo
https://www.annei.fr/5-differents-types-de-logos/
https://99designs.fr/blog/conseils-design/types-de-logos/
http://www.wipo.int/classifications/nivilo/vienna/index.htm?lang=FR#

mardi 25 septembre 2018

Branding territorial: Boris Maynadier

Boris Maynadier est docteur en sciences de gestion spécialisé en marketing territorial, enseignant en école de commerce.

Il a réalisé une thèse soutenue à l'IAE de Toulouse en juin 2009 - Marque de ville, étude des modalités sémiotiques de génération d'une marque par une ville.

Il a écrit les textes:

  • Les représentations symboliques de la ville : des armoiries aux logos, entrée de la ville dans l’hypermodernité 2007
  • Marque de ville : une approche sémiotique 2009
  • De quoi le logo d’une ville est-il le signe ? 2014
  • Gouvernance d’une marque de ville : les stratégies ambiguës 2015

De 2006 à 2014, il s'est occupé du blog: Branding the city

Il y a publié les articles:

La base de son raisonnement est:

Au XIIe siècle, les villes prennent de l'autonomie dans le monde médiéval et elles le montrent. Les villes deviennent des sujets plutôt que de simples objets, elles développent une identité et l'expriment. Alors bien entendu, en symbolisant cette indépendance nouvelle, ce moment charnière, les villes utilisent les codes de l'époque : les blasons.

Si on met cet épisode en perspective avec le parcours des villes hypermodernes (nota 1), on discerne des similitudes. À partir de la fin du XXe siècle, les villes se trouvent à un autre moment charnière où elles ont besoin d'exprimer leur identité et leur capacité de gestion, "d'auto-gestion" (le terme est abusif), en tout cas de prise en main de leur destin. Et là, les signes et techniques de l'époque, ce sont les logos et le marketing. Les logos de villes apparaissent au moment de la décentralisation.

Bon, voilà, à ce stade, l'histoire se joue entre logos et armoiries, entre un signe médiéval obsolète (au sens sémiotique - nous en avons perdu les clefs de lecture) et les logos hypermodernes. On peut établir une catégorie sémantique :/logos/ versus /armoiries/

Il s'agit de produire, pour construire un carré sémiotique, leur contraires : /non logos/ versus /non armoiries/ qui sont des hybrides de logos et armoiries.

Qu'est-ce qu'un /non logo/ ? Un /non logo/ est la négation de la modernité du logo par l'utilisation de la forme de l'écu qui appelle indubitablement un connoté "historique" et un connoté "institutionnel" des armoiries. Cependant, un /non logo/ n'est pas tout à fait une armoirie, parce qu'il n'en respecte pas les règles strictes de composition.

Qu'est-ce qu'une /non armoirie/ ? C'est la négation des règles de composition strictes des armoiries. Notamment, la forme d'écu est abandonnée. Mais les /non armoiries/ utilisent les figures de l'héraldiques, les dessins qui illustrent les armoiries. Par exemple, le navire de la ville de Paris rappelle celui de ses armoiries, se référant au passé économique, fluvial de la cité. Pourquoi n'est-ce pas un logo ? Parce que le symbole relève encore de l'héraldique qui est indéchiffrable pour qui ne connaît l'histoire de la capitale. Le signe n'est donc pas encore tout à fait hypermoderne (nota 2) .

Souvent, les villes conservent deux systèmes, des armoires et des logos en même temps, et communiquent même parfois avec les deux symboles, attachées qu'elles sont aux reliques héraldiques. Bien évidemment, ce n'est pas une bonne solution. A ce compte là, mieux vaut doter la ville d'un signe hybride, si on veut conserver des signes historiques du patrimoine de la cité.

Nota 1: Ascher distingue trois phases de modernisation des villes.

  1. Les temps modernes : de la fin du Moyen Age à la révolution industrielle
  2. De la révolution industrielle à la généralisation de la consommation de masse
  3. Hypermodernité : aujourd'hui

Nota 2: Hypermodernité versus postmodernité
Il n'est pas toujours aisé de faire la différence pour qui ne s’intéresse pas de très près à la question. Dans Examen, François Ascher revient sur la question et réaffirme sa position : nous sommes dans une phase hypermoderne et non postmoderne. ce qui crée de la confusion, c'est que souvent les constats peuvent paraître identiques. Par exemple, Maffesoli (postmoderne s'il en est) parle de tribus, de nomadisme... Les hypermodernes ne nient pas les phénomènes de groupes, ou les nouvelles mobilités, mais elles sont théorisées différemment.

Quelques oppositions majeures :
Pour les postmodernes, la modernité est en crise, le projet moderne est en crise.
Pour les hypermodernes, "ce n'est pas la modernité qui est en crise, mais ce qui est resté prémoderne" (Ascher, 2007, 192), un peu à la manière des villes qui conservent leurs armoiries que personne ne comprend.

Pour les postmodernes, la raison n'est plus porteuse de progrès, la notion de progrès a perdu son sens.
Pour les hypermodernes, le progrès n'a pas perd son sens, mais on n'a plus une foi aveugle en lui. En portant un regard plus raisonné sur le progrès, nous sommes plus modernes .

mercredi 29 août 2018

Les 63 pays membres de la SDN

Membres fondateurs 1919:

   Afrique du Sud
   Argentine
   Australie
   Belgique
   Bolivie
   Brésil
   Canada
   Chili 
   Colombie
   Cuba
   Danemark 
   Espagne
   France 
   Grèce
   Guatemala
   Haïti
   Honduras 
   Inde
   Italie 
   Japon 
   Libéria
   Nicaragua 
   Norvège
   Nouvelle-Zélande
   Panama
   Paraguay 
   Pays-Bas
   Pérou 
   Perse
   Pologne
   Portugal
   République de Chine
   Roumanie 
   Royaume-Uni
   Salvador 
   Siam 
   Suède
   Suisse
   Tchécoslovaquie 
   Uruguay
   Venezuela 
   Royaume des Serbes, Croates et Slovène

1920

   Albanie 
   Autriche 
   Bulgarie
   Costa Rica
   Finlande
   Luxembourg

1921

   Estonie 
   Lettonie 
   Lituanie

1922

   Hongrie

1923

   Éthiopie 
   Irlande

1924

   République dominicaine

1926

   Allemagne

1931

   Mexique

1932

   Irak
   Turquie

1934

   Afghanistan 
   Équateur 
   Union des républiques socialistes soviétiques

1937

   Égypte

jeudi 23 août 2018

Les 80 pays membres de l'UNPO

L'Organisation des nations et des peuples non représentés (officiellement, en anglais : Unrepresented Nations and Peoples Organization ou UNPO) est une organisation internationale dont les membres sont des peuples autochtones, des minorités et des territoires non souverains ou occupés.

Elle a été fondée en 1991 à La Haye aux Pays-Bas.

Actuellement l'UNPO englobe 44 membres

Turkestan oriental
Tibet
Tatars de Crimée
Taïwan
Kurdistan irakien
Cordillera
Zanzibar
Turkmènes d'Irak
République des Moluques du Sud
Kosovo
Chittagong Hill Tracts
Assyrie
Abkhazie
Oudmourtie
Batwa
Ogoni
Nagalim
Mapuche
Circassie
Hongrois de Roumanie
Khmer Krom
Chin
Sind
Vhavenda
Degar-Montagnards
Ahwazi
Somaliland
Oromos
Ambazonie
Baloutchistan occidental
Mongolie-Intérieure
Kurdistan iranien
Hmong
Basters de Rehoboth
Azerbaïdjan du Sud
Baloutchistan
Afrikaners
Gilgit-Baltistan
Ogaden
Moro
Haratins
Lezgin
Savoie
Bretagne
Sind
Kabylie
Freedom

Anciens membres

Six membres sont devenus indépendants (reconnus par l'ONU) depuis la création de l'organisation. Ils continuent cependant à la soutenir activement.

Estonie (membre fondateur), retrait 17 septembre 1991, indépendance restaurée en 1991
Lettonie (membre fondateur), retrait 17 septembre 1991, indépendance restaurée en 1991
Arménie (membre fondateur), retrait 2 mars 1992, indépendance acquise en 1991
Géorgie (membre fondateur), retrait 31 juillet 1992, indépendance acquise en 1991
Palaos (membre fondateur), retrait 15 décembre 1994, indépendance depuis 1994
Timor oriental adhésion 17 janvier 1993, retrait 27 septembre 2002, indépendance depuis 2002

Anciens membres qui ont retiré leur adhésion pour d'autres raisons :

Aceh adhésion 6 août 1991, retrait 1er mars 2008 ; accord conclu avec l'Indonésie en 2005
Albanais de Macédoine adhésion 16 avril 1994, retrait 1er mars 2008 ; accord conclu avec la République de Macédoine en 2001
Bachkirie adhésion 3 février 1996, retrait 30 juin 1998
Bougainville adhésion 6 août 1991, retrait 1er mars 2008 ; accord conclu concernant l'autonomie avec Papouasie-Nouvelle-Guinée en 2000
Tchouvachie adhésion 17 janvier 1993, retrait 1er mars 2008
Gagaouzie Gagaouzie adhésion 16 avril 1994, retrait 1er décembre 2007 ; accord conclu concernant l'autonomie avec Moldavie en 1994
Ingouchie adhésion 30 juillet 1994, retrait 1er avril 2008
Kumyk adhésion 17 avril 1997, retrait 1er mars 2008
République Lakota adhésion 30 juillet 1994, retrait 1er décembre 2007
Maohi adhésion 30 juillet 1994, retrait 1er décembre 2007
Nuxalk adhésion 23 septembre 1998, retrait 1er mars 2008
Rusyn adhésion 23 septembre 1998, retrait 1er décembre 2007
Sakha adhésion 3 août 1993, retrait 30 juin 1998
Talysh adhésion 26 juin 2005, retrait 1er mars 2008
Tatarije adhésion 11 février 1991, retrait 1er mars 2008

Membres suspendus

Aboriginals of Australia, (adhésion 11 février 1991 suspension 7 juillet 2012)
Dénés, (adhésion 19 décembre 2004 suspension 9 octobre 2009)
Birmanie, mai 2008 suspension 13 février 2010
Bouriatie, (adhésion 3 février 1996 suspension 13 février 2010)
Minorité grecque d'Albanie, (adhésion 11 février 1991 suspension 7 juillet 2012)
Cabinda (adhésion 17 avril 1997 suspension 18 septembre 2011)
République tchétchène d'Itchkérie (adhésion 6 août 1991 suspension 10 septembre 2010)
Inkeri (adhésion 17 janvier 1993 suspension 9 octobre 2009)
Kalahui Hawai'i (adhésion 3 août 1993 suspension 7 juin 2012)
État Karenni, (adhésion 19 janvier 1993 suspension 7 juillet 2012)
Khalistan (adhésion 24 janvier 1993 suspension 4 août 1993; suspension permanente depuis 22 janvier 1995)
République des Komis (adhésion 17 janvier 1993 suspension 9 octobre 2009)
Maasaï, (adhésion 19 décembre 2004 suspension 7 juillet 2012)
République des Maris (adhésion 6 août 1991 suspension 9 octobre 2009)
Môns, (adhésion 3 février 1996 suspension 7 juillet 2012)
Nahua del Alto Balsas (adhésion 19 décembre 2004 suspension 20 septembre 2008)
Scania (adhésion 19 janvier 1993 suspension 18 septembre 2011)
Shan (adhésion 17 avril 1997 suspension 6 février 2010)
Tsimshian (adhésion 2 février 2007 suspension 18 septembre 2011)
République de Touva (adhésion 3 février 1996 suspension 13 février 2010)
Papouasie occidentale (adhésion 11 février 1991 suspension 20 septembre 2008)

lundi 6 août 2018

Les 197 pays reconnus par l'ONU

Il existe 197 pays reconnus par l’ONU dans le monde, dont la répartition par continent est la suivante :

Afrique : 54 pays

Amérique : 35 pays

Asie : 47 pays

Europe : 46 pays (28 au sein de l’Union Européenne)

Océanie : 16 pays

En voici la liste complète, avec le nom du pays et sa capitale.

Pays Capitale

Afrique du Sud Pretoria

Afghanistan Kaboul

Albanie Tirana

Algérie Alger

Allemagne Berlin

Andorre Andorre-la-Vieille

Angola Luanda

Antigua-et-Barbuda Saint John’s

Arabie Saoudite Riyad

Argentine Buenos Aires

Arménie Erevan

Australie Canberra

Autriche Vienne

Azerbaïdjan Bakou

Bahamas Nassau

Bahreïn Manama

Bangladesh Dacca

Barbade Bridgetown

Belgique Bruxelles

Belize Belmopan

Bénin Porto-Novo

Bhoutan Thimphou

Biélorussie Minsk

Birmanie Naypyidaw

Bolivie Sucre

Bosnie-Herzégovine Sarajevo

Botswana Gaborone

Brésil Brasilia

Brunei Bandar Seri Begawan

Bulgarie Sofia

Burkina Faso Ouagadougou

Burundi Bujumbura

Cambodge Phnom Penh

Cameroun Yaoundé

Canada Ottawa

Cap-Vert Praia

Chili Santiago

Chine Pékin

Chypre Nicosie

Colombie Bogota

Comores Moroni

Corée du Nord Pyongyang

Corée du Sud Séoul

Costa Rica San José

Côte d’Ivoire Yamoussoukro

Croatie Zagreb

Cuba La Havane

Danemark Copenhague

Djibouti Djibouti

Dominique Roseau

Égypte Le Caire

Émirats arabes unis Abou Dabi

Équateur Quito

Érythrée Asmara

Espagne Madrid

Estonie Tallinn

États-Unis Washington

Éthiopie Addis-Abeba

Fidji Suva

Finlande Helsinki

France Paris

Gabon Libreville

Gambie Banjul

Géorgie Tbilissi

Ghana Accra

Grèce Athènes

Grenade Saint-Georges

Guatemala Guatemala

Guinée Conakry

Guinée équatoriale Malabo

Guinée-Bissau Bissau

Guyana Georgetown

Haïti Port-au-Prince

Honduras Tegucigalpa

Hongrie Budapest

Îles Cook Avarua

Îles Marshall Majuro

Inde New Delhi

Indonésie Jakarta

Irak Bagdad

Iran Téhéran

Irlande Dublin

Islande Reykjavik

Israël Jérusalem

Italie Rome

Jamaïque Kingston

Japon Tokyo

Jordanie Amman

Kazakhstan Astana

Kenya Nairobi

Kirghizistan Bichkek

Kiribati Tarawa-Sud

Koweït Koweït

Laos Vientiane

Lesotho Maseru

Lettonie Riga

Liban Beyrouth

Liberia Monrovia

Libye Tripoli

Liechtenstein Vaduz

Lituanie Vilnius

Luxembourg Luxembourg

Macédoine Skopje

Madagascar Antananarivo

Malaisie Kuala Lumpur

Malawi Lilongwe

Maldives Malé

Mali Bamako

Malte La Valette

Maroc Rabat

Maurice Port-Louis

Mauritanie Nouakchott

Mexique Mexico

Micronésie Palikir

Moldavie Chișinău

Monaco Monaco

Mongolie Oulan-Bator

Monténégro Podgorica

Mozambique Maputo

Namibie Windhoek

Nauru Yaren

Népal Katmandou

Nicaragua Managua

Niger Niamey

Nigeria Abuja

Niue Alofi

Norvège Oslo

Nouvelle-Zélande Wellington

Oman Mascate

Ouganda Kampala

Ouzbékistan Tachkent

Pakistan Islamabad

Palaos Ngerulmud

Palestine Ramallah

Panama Panama

Papouasie-Nouvelle-Guinée Port Moresby

Paraguay Asuncion

Pays-Bas Amsterdam

Pérou Lima

Philippines Manille

Pologne Varsovie

Portugal Lisbonne

Qatar Doha

République centrafricaine Bangui

République démocratique du Congo Kinshasa

République Dominicaine Saint-Domingue

République du Congo Brazzaville

République tchèque Prague

Roumanie Bucarest

Royaume-Uni Londres

Russie Moscou

Rwanda Kigali

Saint-Kitts-et-Nevis Basseterre

Saint-Vincent-et-les-Grenadines Kingstown

Sainte-Lucie Castries

Saint-Marin Saint-Marin

Salomon Honiara

Salvador San Salvador

Samoa Apia

São Tomé-et-Principe São Tomé

Sénégal Dakar

Serbie Belgrade

Seychelles Victoria

Sierra Leone Freetown

Singapour Singapour

Slovaquie Bratislava

Slovénie Ljubljana

Somalie Mogadiscio

Soudan Khartoum

Soudan du Sud Djouba

Sri Lanka Sri Jayawardenapura

Suède Stockholm

Suisse Berne

Suriname Paramaribo

Swaziland Mbabane

Syrie Damas

Tadjikistan Douchanbé

Tanzanie Dodoma

Tchad N’Djaména

Thaïlande Bangkok

Timor oriental Dili

Togo Lomé

Tonga Nukuʻalofa

Trinité-et-Tobago Port-d’Espagne

Tunisie Tunis

Turkménistan Achgabat

Turquie Ankara

Tuvalu Funafuti

Ukraine Kiev

Uruguay Montevideo

Vanuatu Port-Vila

Vatican Vatican

Venezuela Caracas

Viêt Nam Hanoï

Yémen Sanaa

Zambie Lusaka

Zimbabwe Harare

Les 327 pays du travelers' century club

Les 327 pays du travelers' century club: Le Travellers 'Century Club , ou TCC , est un club pour les personnes qui ont visité au moins 100 pays et territoires du monde. L'organisation a été fondée en Californie en 1954 et compte aujourd'hui plus de 1 400 membres à travers le monde. 23 membres ont visité chaque endroit de la liste. La liste comprend non seulement les États souverains, mais aussi certains territoires , des enclaves et des groupes d' îles . La littérature du club note que "bien que certains ne soient pas en réalité des pays à part entière, ils ont été inclus parce qu’ils ont été retirés des parents, géographiquement, politiquement ou ethnologiquement" selon des règles établies en 1970. L'idée originale vient des radio-amateurs qui obtenaient un diplome pour avoir contacté 100 stations différentes.

PACIFIC OCEAN (39)

   Australia
   Bismarck Archipelago (New Ireland, New Britain, Bougainville, Admiralty Islands)
   Chatham Islands
   Cook Islands (Rarotonga, Aitutaki, Penrhyn)
   Easter Island
   Fiji Islands
   French Polynesia (Tahiti,Tuamotu, Austral, Gambier)
   Galapagos Islands
   Guam
   Hawaiian Islands
   Juan Fernandez Islands (Robinson Crusoe Island)
   Kiribati (Gilberts,Tarawa, Ocean Island)
   Line/Phoenix Islands (Fanning, Christmas, Canton, Enderbury)
   Lord Howe Island
   Marquesas Islands
   Marshall Islands, Republic of (Majuro, Kwajalein, Eniwetok)
   Micronesia, Fed.States of (Pohnpei, Kosrae, Chuuk,Yap,Caroline Islands)
   Midway Island  
   Nauru
   New Caledonia & Deps. (Noumea, Loyalty Islands)
   New Zealand
   Niue
   Norfolk Island
   Northern Marianas (Saipan, Tinian)
   Ogasawara (Bonin, Volcano Island, Iwo Jima)
   Palau, Republic of
   Papua New Guinea
   Pitcairn Island
   Ryukyu Islands (Okinawa)
   Samoa, American (Pago Pago)
   Samoa (Apia)
   Solomon Islands (Guadalcanal, New Georgia,Tulagi)
   Tasmania
   Tokelau Islands (Fakaofu, Atafu, Union)
   Tonga (Nukualofa)
   Tuvalu (Ellice Island, Funafuti, Vaitapu)
   Vanuatu (New Hebrides Islands)
   Wake Island
   Wallis & Futuna Islands

NORTH AMERICA (6)

   Alaska
   Canada
   Mexico
   Prince Edward Island
   St. Pierre & Miquelon
   United States (Continental)

CENTRAL AMERICA (7)

   Belize (British Honduras)
   Costa Rica
   El Salvador
   Guatemala
   Honduras
   Nicaragua
   Panama

SOUTH AMERICA (14)

   Argentina
   Bolivia
   Brazil
   Chile
   Colombia
   Ecuador
   French Guiana
   Guyana (British Guiana)
   Nueva Esparta (Margarita Island)
   Paraguay
   Peru
   Suriname (Netherlands Guiana)
   Uruguay
   Venezuela

CARIBBEAN (30)

   Anguilla
   Antigua & Barbuda
   Aruba
   Bahamas
   Barbados
   Bonaire
   Cayman Islands
   Cuba
   Curacao
   Dominica
   Dominican Republic
   Grenada & Deps. (Carriacou, Grenadines)
   Guadeloupe & Deps. (Marie Galante)
   Haiti
   Jamaica
   Martinique
   Montserrat
   Puerto Rico
   Saba & Sint Eustatius
   Saint-Barthélemy
   Saint-Martin (France)
   San Andres & Providencia
   Sint Maarten (Netherlands)
   St. Kitts & Nevis
   St. Lucia
   St. Vincent & the Grenadines
   Trinidad & Tobago
   Turks & Caicos Islands
   Virgin Islands, British (Tortola, etc.)
   Virgin Islands, U.S. (St. Croix, St. John, St. Thomas)

ATLANTIC OCEAN (14)

   Ascension
   Azores Islands
   Bermuda
   Canary Islands
   Cape Verde Islands
   Falkland Islands
   Faroe Islands
   Fernando de Noronha
   Greenland (Kalaallit Nunaat)
   Iceland
   Madeira
   South Georgia & the South Sandwich Islands
   St. Helena
   Tristan da Cunha

EUROPE & MEDITERRANEAN (68)

   Aland Islands (Mariehamn)
   Albania
   Andorra
   Austria
   Balearic Islands (Mallorca, Minorca)
   Belarus
   Belgium
   Bosnia & Herzegovina
   Bulgaria
   Corsica
   Crete
   Croatia
   Cyprus, British Sovereign Base Areas of Akrotiri & Dhekelia
   Cyprus, Republic
   Cyprus, Turkish Fed. State
   Czech Republic
   Denmark
   England
   Estonia
   Finland
   France
   Germany
   Gibraltar
   Greece
   Greek Aegean Islands (Cyclades, Dodecanese,
   Northern Aegean Islands)
   Guernsey & Deps. (Alderney, Herm, Sark, Channel Islands)
   Hungary
   Ionian Islands (Corfu, etc.)
   Ireland (Eire)
   Ireland, Northern (Ulster)
   Isle of Man
   Italy
   Jersey (Channel Islands)
   Kaliningrad
   Kosovo
   Lampedusa
   Latvia
   Liechtenstein
   Lithuania
   Luxembourg
   Macedonia
   Malta
   Moldova
   Monaco
   Montenegro
   Netherlands
   Norway
   Poland
   Portugal
   Romania
   Russia
   San Marino
   Sardinia
   Scotland
   Serbia
   Sicily
   Slovakia
   Slovenia
   Spain
   Spitsbergen (Svalbard, Bear Island)
   Srpska
   Sweden
   Switzerland
   Transnistria (Pridnestrovie)
   Turkey in Europe (Istanbul)
   Ukraine
   Vatican City
   Wales

ANTARCTICA (7)

   Argentine Antarctica (Antarctic Peninsula)
   Australian Antarctic Territory (Mawson, Davis, Macquarie, Heard)
   British Antarctic Territory (Graham Land, South Orkney, South Shetland)
   Chilean Antarctic Territory (Antarctic Peninsula)
   French Southern & Antarctic Lands (Adélie Land, Kerguelen, Amsterdam, St. Paul, Crozet, Îles Éparses)
   Norwegian Dependencies (Queen Maud Land, Bouvet)
   New Zealand Antarctica (Ross Dependency)

AFRICA (55)

   Algeria
   Angola
   Benin (Dahomey)
   Botswana (Bechuanaland)
   Burkina Faso (Upper Volta)
   Burundi (Urundi)
   Cabinda
   Cameroon
   Central African Republic
   Chad
   Democratic Republic of the Congo (Kinshasa)
   Republic of the Congo (Brazzaville)
   Djibouti
   Egypt in Africa
   Equatorial Guinea (Bioko)
   Equatorial Guinea (Rio Muni)
   Eritrea
   Ethiopia
   Gabon
   Gambia
   Ghana (Gold Coast, British Togoland)
   Guinea (French Guinea)
   Guinea-Bissau
   Ivory Coast
   Kenya
   Lesotho (Basutoland)
   Liberia
   Libya
   Malawi (Nyasaland)
   Mali
   Mauritania
   Morocco
   Morocco,Spanish (Ceuta, Melilla)
   Mozambique
   Namibia
   Niger
   Nigeria
   Rwanda
   Sao Tome & Principe
   Senegal
   Sierra Leone
   Somalia (Italian Somaliland)
   Somaliland (British)
   South Africa
   South Sudan
   Sudan
   Swaziland
   Tanzania (Tanganyika)
   Togo
   Tunisia
   Uganda
   Western Sahara (Spanish Sahara)
   Zambia (No. Rhodesia)
   Zanzibar
   Zimbabwe (So. Rhodesia)

MIDDLE EAST (21)

   Abu Dhabi
   Ajman
   Bahrain
   Dubai
   Egypt in Asia (Sinai Peninsula)
   Fujairah
   Iran
   Iraq
   Israel
   Jordan
   Kuwait
   Lebanon
   Oman
   Palestine
   Qatar
   Ras Al Khaimah
   Saudi Arabia
   Sharjah
   Syria
   Umm Al Qaiwain
   Yemen

INDIAN OCEAN (15)

   Andaman-Nicobar Islands
   British Indian Ocean Territory (Chagos Archipelago, Diego Garcia)
   Christmas Island
   Cocos (Keeling) Islands
   Comoros (Anjouan, Moheli, Grand Comoro)
   Lakshadweep
   Madagascar
   Maldives
   Mauritius & Dependencies (Agalega, St. Brandon)
   Mayotte (Dzaoudzi)
   Reunion & Dependencies (Tromelin, Glorioso)
   Rodrigues Island
   Seychelles
   Socotra
   Zil Elwannyen Sesel (Aldabra, Farquhar, Amirante Islands)

ASIA (51)

   Abkhazia
   Afghanistan
   Armenia (Yerevan)
   Azerbaijan (Baku)
   Bangladesh
   Bhutan
   Brunei
   Cambodia
   China, People’s Republic
   Georgia
   Hainan Island
   Hong Kong
   India
   Indonesia (Java)
   Japan
   Jeju Island (South Korea)
   Kalimantan (Indonesian Borneo)
   Kashmir
   Kazakhstan
   Korea, North
   Korea, South
   Kyrgyzstan
   Laos
   Lesser Sunda Islands (Bali,Timor, Indonesia)
   Macau
   Malaysia
   Maluku Islands
   Mongolia, Republic
   Myanmar (Burma)
   Nakhchivan
   Nepal
   Pakistan
   Papua (Irian Jaya)
   Philippines
   Russia in Asia (incl. Siberia)
   Sabah (North Borneo)
   Sarawak
   Sikkim
   Singapore
   Sri Lanka (Ceylon)
   Sulawesi (Celebes, Indonesia)
   Sumatra (Indonesia)
   Taiwan. R.O.C.
   Tajikistan
   Thailand
   Tibet
   Timor-Leste
   Turkey in Asia (Anatolia, Ankara, Izmir)
   Turkmenistan
   Uzbekistan
   Vietnam

dimanche 29 avril 2018

Vive les verts, Allez les bleus !

Cela fait longtemps que les hommes ont choisis de s'habiller de couleurs différentes pour se différencier lors de pratiques les rassemblant.

Le premier "maillot" que l'on connaisse est la tunique que portait les conducteurs de chars lors des courses se déroulant dans les cirques de Rome.

coursedechars.jpg

Ces conducteurs de chars les "auriges" appartenaient à quatre "factions" traditionnelles dont les couleurs représentaient, à l'origine, les saisons (bleu "veneta" : hiver, vert "praesina" : printemps, rouge "russata" : été, blanc "albata" : automne). Domitien (81-96 ap JC) en ajouta deux : la pourpre "purpurea" et la dorée "aurata", mais elles n'existèrent pas longtemps.

Déjà la victoire ou la défaite de tel ou tel cocher appartenant à telle ou telle faction, prenait des proportions de triomphe national ou de catastrophe publique.

A partir du IIIe siècle, les Verts absorbèrent les Blancs et les Rouges fusionnèrent avec les Bleus. Les Verts et les Bleus gardèrent la prééminence et dès lors, toute la population romaine, de l'Empereur au dernier des esclaves, se passionna pour l'une ou l'autre et paria sur ses couleurs. Dans l'Empire on fut pour les Verts (prasinianus) ou pour les Bleus (venetianus) mais ces groupes de «fautores» (on dirait aujourd'hui supporters) avaient aussi une certaine coloration politique.

Chaque couleur avait été adoptée par une classe sociale : le peuple était pour les Verts, le Sénat et l'aristocratie s'identifiaient plutôt aux Bleus. On vit les empereurs les plus « démocratiques », comme Néron, Domitien ou Commode soutenir les Verts, alors qu'un empereur plus traditionaliste, Vitellius, n'hésitait pas à faire exécuter les Verts coupables d'avoir conspué des Bleus.
vert.bmp
A Byzance, les factions des Verts et des Bleus ne sont pas seulement des sociétés de courses, ce sont de véritables partis jouissant d'une organisation politique et militaire, regroupant la population de la ville dans des milices armées, par lesquelles elles pouvaient influer sur les affaires publiques. Le cirque devint ainsi le seul endroit où le peuple put encore faire entendre sa voix à l'empereur. Justinien allait en faire l'amère expérience lors de la "sédition Nika".

Son épouse, Théodora, n'avait cessé depuis son avènement de soutenir les Bleus contre les Verts. Les premiers, assurés de l'impunité, commettaient les pires excès contre leurs rivaux qui s'organisèrent et rendirent bientôt coup pour coup. Un véritable climat de guerre civile s'installa à Constantinople. Une étincelle allait mettre le feu aux poudres.

Le 11 janvier 532, un dimanche, des courses de chars avaient lieu à l'Hippodrome. Justinien et Théodora avec toute leur Cour, y assistaient. Les supporters des Verts se mirent à insulter l'empereur qu'ils accusèrent de laisser les Bleus impunis, puis, en masse, ils quittèrent les gradins (suprême injure) et se répandirent dans la ville.

Justinien fit exécuter quelques meneurs appartenant aux deux partis. La colère populaire ne s'apaisa pas. Le 13 janvier à nouveau, au cours d'une réunion à l'Hippodrome, les hommes des deux factions réunis cette fois contre l'empereur, exigèrent de lui des mesures de clémence ; ne les obtenant pas, ils se ruèrent dans les rues au cri de "Nika" (Victoire) et se mirent à incendier les palais et à massacrer soldats et fonctionnaires.

Le 14 janvier, affolé, Justinien céda ; mais il était trop tard, la révolte devenait une révolution. Le 15, la basilique de Sainte-Sophie, le Sénat, le Palais impérial brûlèrent et durant trois jours l'incendie fit rage. Le 18, la ville était en flammes ; le peuple se réunit à nouveau dans l'Hippodrome et couronna un autre empereur, Hypatios, d'une famille jadis détrônée par Justinien et favorable aux Verts. L'empereur voulait s'enfuir par la mer ; Théodora seule fit montre de courage et conseilla de tenter une ultime résistance.

La Cour soudoya les chefs du parti bleu pour les détacher des Verts. Avec leur aide, les soldats du général Bélisaire cernèrent l'Hippodrome où ils massacrèrent les insurgés qui y étaient rassemblés. Le soir de cette tuerie,selon les sources, entre 30 000 et 80 000 rebelles jonchaient le sol sanglant du cirque. Quelques jours plus tard Justinien faisait exécuter le malheureux Hypatios.

Les courses de chars durèrent jusqu'à la prise de Constantinople par les Croisés en 1204.

http://remacle.org/bloodwolf/liege1/rcdj/Rcdj00.htm
http://antique.mrugala.net/Rome/Course%20de%20chars/Course%20de%20char.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Course_de_chars

vendredi 9 mars 2018

Bleu en 21 langues

Logographie:

Chine (1) 蓝 (lán) référence à la plante indigo
Japon (9) 青 (ao) (bleu ou vert)
Corée (20) 푸른 (pureun)

Alphabétique:

Espagnol (2) azzuro, celeste (bleu clair)
Portugais (7) azul
Français (10) bleu
Italien ( 21 ) blu, azzuro
Anglais (3) blue
Allemand (13) blau
Russe (8 ) синий, sínij (« bleu foncé »), голубой, golouboï pour bleu clair)
Turc (17) mavi
Vietnamien (14) xanh (bleu ou vert)
Javanais (12) biru

abjad

Arabe (4) أَأزرق• (āzraq) (feminin zarqa )
Ourdu (20) نیلا
Farsi (âbi)آبی

abujida

Bengali (5) নীল
Hindi (6) नीला (nīlā)
Landa/Pendjabi (11)
Telegou (15) నీలము
Tamoul (18) நீலம் (ta) (nīlam)

Le mot bleu provient du proto-germanique blao.
C'est la même origine pour le néerlandais blauw, l'allemand blau
Les Anglais disent blue, en provenance du normand blu.

Les Espagnols disent azul de l’arabe andalou lazawárd, issu de l’arabe لازورد, lāzaward (« lapis lazuli »), dérivé du persan لاجورد, lajward, issu du sanskrit राजावर्त, rājāvarta.
Le bleu ciel est appelé celeste pour les Espagnols.

Les Italiens ont empruntés les mots blu au français pour le bleu et azzurro aux Espagnols pour le bleu clair.

Le mot latin caeruleus signifiant bleu mais aussi obscur n'a pas eu de continuation hormis l'adjectif cérulé: qui a une teinte d’azur.

Les Tchèques disent siný pour bleu pâle, du vieux slave синь, sinъ (« bleu pâle ») qui donne siny (« bleu pâle ») en polonais, син, sin (« bleu ») en bulgare, синий, sínij (« bleu foncé ») en russe ; plus avant, apparenté à shine (« briller ») en anglais.

Les Russes disent golouboï pour bleu clair, mot qui sert aussi à désigner les homosexuels. Dans les bleus, la nuance « bleu ciel » (Golouboï) a un statut particulier car elle est considérée comme une couleur à part entière et génère un grand nombre d’associations dans l’imaginaire collectif. D’une part, elle servait à désigner le sang bleu, le sang noble, l’appartenance à la noblesse et à l’aristocratie. Puis, à l’ère soviétique et surtout dans les années 1960, le « bleu clair » a été assimilé au romantisme aventurier de la conquête du Grand nord (une chanson populaire de l’époque évoque les « Villes bleues » et appelait la jeunesse à partir sur les chantier de Sibérie pour construire un avenir radieux). Les « rêves bleus » correspondaient à ces illusions d’un avenir meilleur. Et l’émission la plus regardée à la télévision soviétique s’appelait « La flamme Bleue » en référence à la couleur de l’écran noir et blanc du poste de télévision.
Or, durant les vingt dernières années, ce mot a connu un revirement inattendu. En effet, « golouboï » est devenu l’euphémisme le plus répandu pour désigner les homosexuels (dès qu’il a été possible d’en discuter publiquement). Et cela s’est propagé jusqu’au dessin animé soviétique somme toute innocent, « Le chiot bleu » (qui parle d’un petit chien solitaire, que personne n’aime) en le teintant d’une connotation érotique que les auteurs étaient loin de pouvoir envisager à l’époque de sa création.

Les Tchèques disent modrý pour bleu du vieux slave modъr qui donne moder en slovène, modar en serbo-croate, modry en polonais. Le mot manque dans les langues slaves orientales. On pense qu’il est apparenté au latin madere (« mouiller ») avec le suffixe adjectival -er, il y a eu une évolution de sens depuis « mouillé » vers « qui a la couleur de l’eau », « bleu ».

Les Bretons ont un seul mot pour bleu et vert: glas.

Les Japonais avaient le mot 青, ao pour bleu comme pour vert. Il désigne actuellement le bleu. Aujourd’hui on dit plutôt 緑,midori pour le vert.
en japonais, l'idéogramme 青 qui signifie donc bleu est aussi utilisé pour désigner quelqu'un qui est encore "jeune" dans une activité. "Kare wa mada sukoshi aoi desu ne": "il est encore un peu bleu (jeune)"...
Et de façon plus générale, il existe le mot 青春, qui se lit "seishun". Littéralement, ces deux idéogrammes signifient "le printemps bleu". En réalité, ce mot désigne la jeunesse, ou plus spécifiquement de l'adolescence. Les amateurs de manga savent que ceux qui ont pour cible les ados sont appelés "seinen" (青年). Le bleu est donc la couleur de ce qui est (encore) jeune.

Les grecs disent: : κυανός (kianós). En grec ancien, Apparenté à καίω, kaíô (« brûler, incendier ») ; il désigne un éclat sombre, voir κυανόχρους, kuanokhrous (« de couleur sombre, au sombre regard »)
Comme en français avec fauve, il est sémantiquement rattaché à des animaux carnassiers, κύων, kúôn (« chien »), куна, kuna (« martre »), etc.
Il a donné cyan (bleu-vert lumineux) très éloigné du bleu sombre grec.

en hébreu: כחול Kaxol, bleu, à la même racine que khol, le maquillage des yeux
Tchelet, תכלbleu clair est la couleur du drapeau avec le blanc. Ce bleu provient d'un coquillage qu'on ne trouve qu'entre Haïfa et Tyr.

Les Arabes disent أَأزرق• (āzraq) (feminin zarqa )
Zarka (la bleue) est une ville de Jordanie. Le plus grand camp de réfugiés palestiniens en Jordanie se trouve à Zarka, et la ville elle-même compte une importante population palestinienne, autour de 50 % de ses habitants sont en effet originaires de l'autre rive du Jourdain.
Aussi en Jordanie, le château bleu Qasr al-Azraq est construit sur le basalte noir local, en une structure carrée, avec des murs longs de 80 mètres, entourant une grande cour centrale.

En hindou, bleu se dit नीला (nīlā). C'est le nom du roi des singes qui aide Rama dans la Ramayana. C'est le bleu indigo.(qui vient d'Inde).

samedi 27 janvier 2018

Alphabet coloré (7): Alphabet des couleurs pour daltoniens

Le daltonisme (ou dyschromatopsie) est une anomalie de la vision affectant la perception des couleurs.

Miguel Neiva a inventé un alphabet des couleurs pour daltonien (Color ADD).
Il associe un symbole à chacune des 5 couleurs de base: rouge, bleu, jaune, blanc, noir.
coloradd1.jpg

Il les combine pour obtenir 27 signes qui représentent 27 couleurs censées représenter l'ensemble du spectre des couleurs.
coloradd2.jpg
coloradd3.jpg

http://www.coloradd.net/index.asp

vendredi 26 janvier 2018

Alphabet coloré (6): La Synesthésie

Les artistes poètes et peintres ne sont pas les seuls à voir les lettres en couleur.

Les synesthètes, personnes atteintes de la particularité d'avoir deux sens associés, aussi.

Pour eux, les lettres de l'alphabet ou nombres peuvent être perçus colorés.

synestesie.jpg

D'après Wikipedia, 4% de la population est atteinte par cette particularité.

Le premier cas publié dans la littérature médicale fut rapporté en 1710 par le docteur Thomas Woolhouse, ophtalmologiste du roi Jacques II. La première description scientifique aurait été faite par un certain Georg Sachs, médecin bavarois, en 1812. Elle devint très à la mode dans le mouvement romantique fin XIXe début XXe.

La synesthésie est-elle un trouble, une pathologie ? On considère qu’il s’agit d’un fonctionnement « anormal » – puisqu’il se différencie du fonctionnement de la plupart des gens.

Parmi les différentes hypothèses explicatives, on suggère par exemple que la synesthésie pourrait provenir d’un terrain génétique favorable (il y a souvent plusieurs synesthètes au sein d’une même famille). On explique également le phénomène en termes neurologiques – on suppose par exemple que les synesthètes auraient des connexions surnuméraires entre certaines aires du cerveau, ou encore qu’ils auraient plus d’association entre les circuits de la mémoire, des émotions, du langage, de l’attention et de la perception (et que tout ça convergerait dans le cortex rétrosplénial.

Les sources sur Internet sont assez nombreuses:
http://cyrille.chagnon.free.fr/NeuroSciences/PagesCours/neuro_synesthesie.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/Synesth%C3%A9sie
http://synestheorie.fr/synesthesie/
http://acces.ens-lyon.fr/acces/thematiques/neurosciences/actualisation-des-connaissances/neuros_apprentissage/association_perceptives
http://forums.futura-sciences.com/neuropsychologie-psychologie/146271-synesthesie-un-alphabet-de-toutes-couleurs.html

- page 1 de 8